Primaire de la gauche : pour Yannick Jadot, "un constat d'échec effroyable" de Manuel Valls

  • A
  • A
Primaire de la gauche : pour Yannick Jadot, "un constat d'échec effroyable" de Manuel Valls
Yannick Jadot a moqué des primaires "pochettes surprises", à gauche comme à droite.@ AFP
Partagez sur :

Yannick Jadot, candidat d'EELV à la présidentielle, a estimé que les résultats de la primaire de la gauche signaient un "constat d'échec effroyable" pour l'ancien favori.

Le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot a estimé lundi que le résultat de la primaire organisée par le PS était "un constat d'échec effroyable" pour Manuel Valls, arrivé deuxième dimanche, derrière Benoît Hamon. "C'est un constat d'échec effroyable : le candidat du quinquennat a fait à peine plus de 30%", a déclaré Yannick Jadot lors d'une conférence de presse, où il s'est par ailleurs dit "confiant" de trouver ses 500 parrainages pour sa propre candidature. Pour lui, "la dynamique est plutôt en faveur de Hamon, mais s'il doit être le candidat du PS, il va être obligé de recentrer son programme pour rassembler", a-t-il regretté, le voyant même "éventuellement faire alliance avec Macron". 

Pas de ralliement en vue. Yannick Jadot a moqué des "primaires pochettes surprises" après la victoire de François Fillon, le troisième homme, en novembre à la primaire de la droite. "On ne sait jamais ce qui va sortir", a-t-il ironisé. Refusant à nouveau tout ralliement à Benoît Hamon, malgré la réaction très enthousiaste la veille d'EELV, il s'est néanmoins réjoui qu'"un candidat parle d'écologie". "Je ne veux pas m'inscrire dans des stratégies d'alliance, je reste sur la force et la cohérence de notre projet, l'écologie doit être un élément restructurant de la politique", a-t-il expliqué. Dimanche soir, le porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts Julien Bayou a tweeté : "Bravo à Benoît Hamon. Du fond, des idées (écolos) qui bousculent : une bonne nouvelle pour la démocratie et le débat".



"C'est déjà pas si mal pour un parti en crise". A propos de la participation à la primaire, Yannick Jadot, qui a lui-même remporté une primaire avec un corps électoral d'environ 17.000 personnes, a constaté que "même s'ils n'ont pas fait le 1,5 ou 2 millions de participants annoncés, faire 1,3, c'est déjà pas si mal pour un parti en crise". Selon le président de la Haute autorité de la primaire Thomas Clay, 1,6 million de suffrages ont été comptés après dépouillement de 92,75% des bureaux de vote.