SOS Racisme part en campagne face au FN pour éviter un 21 avril "en pire"

  • A
  • A
SOS Racisme part en campagne face au FN pour éviter un 21 avril "en pire"
Face à un électorat FN "extrêmement mobilisé", "il est important de mobiliser les abstentionnistes", a déclaré le président de SOS Racisme. @ Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Durant les douze jours avant le premier tour, l'association martèlera un message sur une France "unie et heureuse de sa diversité".

L'association SOS Racisme a lancé mardi une campagne pour mobiliser les électeurs contre Marine Le Pen, que les sondages annoncent en tête du premier tour de la présidentielle, ce qui constituerait un 21 avril 2002 "en pire".

"Cette fois-ci, on est prévenu". "Marine Le Pen est donnée comme qualifiée d'avance pour le second tour, voire en tête du premier tour. On fait souvent la comparaison avec 2002 mais il y a une différence, c'est que cette fois-ci, on est prévenu alors qu'en 2002, une forme de surprise, de stupéfaction avait accueilli les résultats", a rappelé le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, lors d'une conférence de presse. "Pourtant, la mobilisation n'est pas au rendez-vous, comme s'il y avait une forme d'atonie", a-t-il noté, en se disant également "surpris de la grande timidité et des calculs cyniques des principaux candidats" face à la progression de Marine Le Pen.

"Messages positifs sur une France unie et heureuse". Durant les douze jours avant le premier tour, l'association martèlera un message "positif et pas anxiogène" sur une France "unie et heureuse de sa diversité", à travers des tracts et des affiches clamant "Non à la haine, non à Le Pen", des rassemblements dans diverses villes de France ou sur les réseaux sociaux autour du hashtag #onestpareil. Face à un électorat FN "extrêmement mobilisé", "il est important de mobiliser les abstentionnistes, notamment dans la jeunesse, et d'alerter ceux qui s'apprêtent à voter pour le Front National en se sentant déculpabilisés. Nous voulons montrer que le FN et le reste de l'arc républicain, ce sont des choix extrêmement différents", a expliqué Dominique Sopo.