Présidentielle : Manuel Valls et le maire d'Evry appellent à soutenir Emmanuel Macron

  • A
  • A
Présidentielle : Manuel Valls et le maire d'Evry appellent à soutenir Emmanuel Macron
Manuel Valls et Francis Chouat envoient une lettre ouverte aux administrés de la 1ère circonscription de l'Essonne @ Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

Manuel Valls et Francis Chouat ont publié une lettre ouverte sur les réseaux sociaux pour appeler à voter pour Emmanuel Macron, dimanche.

Bien que son ralliement ait été d'abord hésitant, Manuel Valls milite désormais en faveur de la candidature d'Emmanuel Macron. Il a publié une lettre ouverte commune avec son successeur à la mairie d'Evry sur les réseaux sociaux mercredi pour inviter les citoyens à "se rassembler très largement autour de [la] candidature [d'Emmanuel Macron] dès dimanche."

Convaincre les indécis. Dans cette lettre envoyée aux habitants de la 1ère circonscription de l'Essonne, l'ancien Premier ministre et Francis Chouat s'adressent aux indécis. "Vous êtes très nombreux à hésiter encore. Au moment de choisir, nous voulons vous donner notre avis de député de la Nation ayant exercé les plus hautes responsabilités gouvernementales et de maire d'une grande ville populaire", commence la missive.



Elle se poursuit en rappelant l'importance de l'élection à venir et la nécessité d'agir. "Notre pays est sous tension. Il y a beaucoup de colères ; nous les comprenons. Beaucoup trop de divisions : nous les constatons. Mais allons-nous tout jeter par-dessus bord ?", demandent-ils.

Le plus de garanties pour "écarter le danger". Ils exposent ensuite les trois raisons principales qui les poussent à soutenir le candidat d'En Marche! : "Il veut libérer les formidables énergies de notre pays", "il veut la France plus active pour une Europe plus juste, plus forte, plus écologique", "il veut renouveler en profondeur notre démocratie." Enfin "nous pensons qu'Emmanuel Macron est celui qui offre le plus de garanties pour écarter le danger." La lettre se termine sur un appel à se rendre aux urnes dimanche, "parce que rien n'est joué, parce que chaque voix compte."