Primaire de la gauche : revivez la journée de vote

  • A
  • A
Partagez sur :

Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy et Manuel Valls se mesurent au verdict des urnes à l'occasion du premier tour de la primaire de la Belle Alliance Populaire.

L'ESSENTIEL

Le jour est venu. Après une campagne éclair, dynamitée par le renoncement de François Hollande à briguer un second mandat de président de la République, les sept candidats de la primaire organisée par le Parti socialiste vont vivre ce dimanche le premier tour. Jean-Luc Bennahmias, Benoît Hamon, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, Sylvia Pinel, François de Rugy ou Manuel Valls, qui se qualifiera pour le second tour, tenu dimanche 29 janvier ?

Les informations à retenir

  • Les bureaux de vote ont ouvert à 9 heures et fermeront à 19 heures en France métropolitaine. Les opérations de vote ont débuté samedi dans plusieurs territoires d'Outre-mer et à l'étranger.

  • Les organisateurs de la primaire tablent sur une participation minimale de 1,5 million d'électeurs. Sur 70% des bureaux, plus d'un million de personnes avaient voté à midi.

  • Vincent Peillon a été le premier candidat à voter à Paris, vers 10h30. A midi, tous ses rivaux s'étaient rendus aux urnes. 

19 heures : les bureaux de vote sont fermés. Les dés sont jetés. Comme prévu, tous les bureaux de vote sur le territoire ont fermé à 19 heures. Il n'est donc plus possible d'aller voter. Place désormais au dépouillement, et à la proclamation des résultats.

18h37 : Le FN raille un "Conseil des ministres PS". Le Front national a semble-t-il trouvé son angle d’attaque du soir, en mettant l’accent sur le fait que cinq des sept candidats ont été ministres durant le quinquennat. "On a un peu l'impression de voir une réunion du Conseil des ministres dans cette primaire avec M. Valls, M. Montebourg, tous ceux qui ont géré le pays. Il ne manque d'ailleurs que M. Macron qui lui aussi appartenait à ce gouvernement", a ainsi David Rachline, maire de Fréjus et directeur de campagne de Marine Le Pen de sur France 3. Parallèlement, sur iTélé, Florian Philippot, numéro 2 du parti frontiste, a jugé que les sept candidats étaient "sept sortants du quinquennat Hollande".

18h18 : Stéphane Le Foll a voté... mais on ne sait pas pour qui. Stéphane Le Foll a indiqué sur Twitter qu'il s'était déplacé pour voter. Rappelons qu'au cours de la campagne, le porte-parole du gouvernement, très proche de François Hollande, a toujours refusé de dire qui il soutenait. 

17h41 : La barre du million de votants franchie à 17 heures. L'objectif minimal de 1,5 million de votants pour le premier tour est à portée de main pour le Parti socialiste. Selon Christophe Borgel, le président du comité d'organisation, plus d'un million de personnes s'étaient déplacées dans les bureaux de vote à 17 heures, selon un décompte portant seulement sur 70% des bureaux de vote. "Si nous faisons une extrapolation, nous serions entre 1,3 million et 1,4 million de votants à 17 heures", a-t-il ajouté. "Il reste deux heures de vote, et donc nous sommes sur la trajectoire que nous avions espérée, c'est-à-dire terminer entre 1,5 et 2 millions de votants."

16h40 : Jadot invite Hamon à le rejoindre s'il perd. Le candidat EELV à la présidentielle, Yannick Jadot, a suggéré dimanche que ce serait à Benoît Hamon de rejoindre sa campagne plutôt que l'inverse, en dépit de la rupture entre le PS et le parti écologiste."Benoît Hamon, il n'a pas gagné la primaire. Et s'il la gagne, pensez-vous que le PS, qui sera le parti politique qui fera sa campagne, est pour la sortie du nucléaire, contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, pour le revenu universel ? évidemment pas", a déclaré Yannick Jadot sur Radio J. "Le problème" de Benoît Hamon, "c'est d'être au PS qui n'est pas un parti écologiste. C'est lui qui devrait nous rejoindre, et j'espère que s'il perd, il me rejoindra", conclut l'écolo.

16h12 : Manuel Valls, le candidat le plus googlé. Dimanche entre 8 heures et 14 heures, Manuel Valls a été le candidat de la primaire le plus recherché sur Google, dans la majorité des régions de France métropolitaine, mais aussi en Guadeloupe, en Guyane, en Martinique, à Mayotte et à La Réunion, selon l'outil Google Trends qui rend compte des tendances de recherche sur le moteur de recherche Google, sur Youtube et sur Google Actualités. En termes de recherches, l'ancien Premier ministre devance Benoît Hamon et Arnaud Montebourg.

15h55 : Un électeur décédé dans l'Aisne. Selon Jean-Christophe Cambadélis, un votant de 76 ans est décédé après avoir voté à la primaire dans l'Aisne. 



15h34 : Encore un doute ? Si vous êtes de ceux qui n'ont pas encore voté, voire que vous hésitez encore entre plusieurs des sept candidats, il n'est pas trop tard pour consulter notre comparateur de programmes. Les bureaux de vote ferment dans un peu plus de trois heures. 

15h20 : Des températures "polaires". "Il y a quand même du monde dans les bureaux de vote de la primaire, au cours d'une matinée où la température était plus que polaire", a souligné le député socialiste Christophe Borgel à la mi-journée. Le froid matinal explique-t-il la participation décevante à midi ? "Il y a actuellement une montée en puissance du vote avec des files d'attente", assure l'organisateur de la primaire. 

15h00 : "Pas d'intox !" Si la participation s'annonce en baisse par rapport à 2011, le Premier secrétaire du Parti socialiste se veut rassurant. "La primaire de la BAP (belle alliance populaire, ndlr) est sur le tableau de marche prévu", tweete Jean-Christophe Cambadélis, qui table toujours sur 1,5 à 2 millions de votants. 



14h51 : A Nice, on ne se bouscule pas. Dans les Alpes-Maritimes, la participation était bien moins élevée que pour la primaire de la droite ce matin, selon notre reporter à Nice. "L'urne était presque vide, mais ça ne fait rien, c'est la résistance qui compte", témoigne une électrice au micro d'Europe 1. Seuls 82 bureaux ont été ouverts dimanche, contre 216 pour la primaire de la droite. 

14h30 : La dette de Manuel Valls. Pour le second tour, l'ancien Premier ministre devra réviser les règles de la primaire : dimanche matin, lorsqu'il s'est rendu aux urnes, Manuel Valls a oublié sa monnaie ! Pour s'acquitter de l'euro nécessaire au vote, il a donc emprunté une pièce au maire d'Evry, Francis Chouat. Selon notre journaliste sur place, le candidat n'a pris que trois bulletins avant d'entrer dans l'isoloir : le sien, celui de Sylvia Pinel et celui de François de Rugy. 

14h16 : Du monde à Arras. Dans le Pas-de-Calais, à Arras, le froid glacial n'a pas empêché les sympathisants de gauche de se rendre aux urnes. Après des débuts timides, les bureaux de vote se sont remplis à partir de midi, a constaté un reporter d'Europe 1. Parmi les votants interrogés, certains avouent s'être également déplacés pour la primaire de la droite. 

13h59 : "Un enjeu important". Au cours de la campagne de la primaire, "on a vu des débats de grande qualité avec des identités politiques", estime, sur Europe 1, Thomas Clay, professeur de droit proche du PS et chargé de veiller au bon déroulement du scrutin. "Cette primaire est un enjeu important, mais je ne crois pas que la survie du PS soit en question", poursuit-il. Pour lui, "1,5 million (de votants, ndlr), c'est déjà beaucoup." 

13h33 : Moins que pour la droite. Pour la récente primaire de la droite, les organisateurs avaient annoncé 1,1 million de votants à la mi-journée, pour plus de 10.000 bureaux. La participation à la mi-journée dimanche est plus de deux fois inférieure à ce score. Mais il faut tenir compte du fait que seuls 7.530 bureaux de vote sont ouverts, et que les chiffres communiqués ne portent que sur 63% d'entre eux. Pour rappel, au premier tour de la primaire de la gauche en 2011, la participation était de 800.000 votants à la mi-journée, sur deux tiers des 9.425 bureaux de vote ouverts à l'époque. 

13h17 : 400.000 votants à midi. Sur 63% des bureaux de vote, la participation est de 400.000 votants à midi, vient d'annoncer la Haute autorité de la primaire.  



13h11 : Un couac à Marseille. Ce matin, les électeurs du 15ème arrondissement de Paris qui avaient cherché leur bureau de vote sur internet ont trouvé porte close. L'école indiquée sur le site officiel de la primaire a été changée à la toute dernière minute... Selon BFMTV, certains électeurs auraient renoncé à voter pour ce motif. Une histoire à lire sur le Lab.

12h52 : La participation se fait attendre. Les chiffres de la participation ne devraient pas être connus avant 13 heures. 



12h35 : Bientôt les chiffres. Les organisateurs de la primaire devraient communiquer sur la participation à la mi-journée aux alentours de 12h45. 

12h20 : Du monde à Paris. Dans le 10ème arrondissement, l'ambiance était assez calme à l'ouverture des bureaux de vote, ce matin. Mais la file d'attente s'est depuis allongée, a constaté notre reporter. 



12h10 : Sylvia Pinel, loin des caméras. En toute discrétion, loin des médias, Sylvia Pinel a voté à Castelsarrasin, dans le sud de la France, vers 11h15. Tous les candidats à la primaire de la gauche ont désormais voté, dimanche matin. 

pinel-1280

12h00 : François de Rugy a voté. Le candidat écologiste s'est rendu aux urnes à Nantes. Dans un bureau de vote bien rempli, il a dû attendre son tour pour voter. 



11h40 : Des stocks de bulletins à Paris. Les premiers chiffres de la participation sont attendus d'ici une heure. Dans chaque bureau de vote, 500 bulletins au nom de chaque candidat sont disponibles, a constaté notre reporter. Mais à Paris, où "il est vraisemblable que l'on dépasse les 500", des bulletins supplémentaires ont été prévus. 

11h25 : ...Jean-Luc Bennahmias aussi. Le député européen a glissé son bulletin dans l'urne au même moment que Manuel Valls, à Marseille. 



11h17 : Manuel Valls a voté... L'ancien Premier ministre s'est rendu aux urnes dans son fief d'Evry, quelques minutes après Benoît Hamon. "Il faut être serein et confiant, ce sont les Français qui décident", a-t-il déclaré. 

vallsafp1280

11h10 : Benoît Hamon a voté. "Je pense que je serai au second tour." Benoît Hamon s'est montré optimiste devant les médias dans son bureau de vote de Trappes, dimanche matin. Le candidat a été le troisième à glisser son bulletin dans l'urne.

hamonafp1280

11h00 : Quid de la participation ? Deux candidats ont déjà voté, cinq sont attendus dans leurs bureaux de vote dans les prochaines minutes. Avant de glisser leur bulletin dans l'urne, Vincent Peillon et Arnaud Montebourg ont salué une participation "comparable à celle de 2011", quand la primaire PS avait attiré près de 3 millions de votants. Un point précis sur la participation à la mi-journée permettra de confirmer cette tendance vers midi. 

10h47 : Arnaud Montebourg a voté. Quelques minutes après Vincent Peillon, Arnaud Montebourg est arrivé devant son bureau de vote de Montret, en Saône-et-Loire. Le candidat a pris le temps de saluer ses soutiens avant de glisser son bulletin dans l'urne. 

montebourgafp1280

10h30 : Peillon vote à Paris. L'ancien ministre de l'Education est le premier candidat de la primaire à voter, dans le cinquième arrondissement de Paris. "J'espère que beaucoup d'électeurs vont venir voter", a-t-il répondu aux médias avant d'entrer dans le bureau, se disant "serein". 

peillonafp1280

10h20 : Un bureau de vote "VIP". Rue de Solférino, au siège du parti socialiste, un bureau de vote est réservé aux "ténors" du PS et aux organisateurs de la primaire. Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve, et le Premier secrétaire du parti, Jean-Christophe Cambadélis, y ont déjà voté. 

10h06 : Hamon-Montebourg selon Mélenchon. Interrogé par le Journal du Dimanche, Jean-Luc Mélenchon pronostique un second Hamon-Montebourg dimanche prochain. Mais le député européen prédit également une hémorragie massive de l'aile droite des socialistes vers Emmanuel Macron, allant jusqu'à imaginer un désistement du vainqueur de la primaire de la gauche. "A quoi bon un candidat socialiste ? Pour quoi faire ?", s'interroge-t-il. 

9h47 : Un sondage favorable à Valls. Mis en concurrence avec Benoît Hamon, Arnaud Montebourg et Vincent Peillon, Manuel Valls est le plus à même d'affronter François Fillon et Marine Le Pen au premier tour de l'élection présidentielle, selon sondage Ifop publié par le Journal du Dimanche. 28% des électeurs estiment en outre qu'il est le meilleur candidat pour "valoriser la stature présidentielle". 

9h34 : "Les électeurs de gauche vont se déplacer". Dans son édito sur Europe 1, le directeur du Journal du Dimanche, Hervé Gattegno, se montre optimiste pour le premier tour de la primaire. "Je crois qu'il y aura une participation significative", estime-t-il. "Je suis persuadé que malgré toutes les moqueries qu'on a entendues sur le fait que cette primaire ne servait à rien, tous les parasitages qu'ont organisé Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon et malgré le désintérêt qu'a montré François Hollande, les électeurs de gauche vont se déplacer, ne serait-ce que par orgueil. Le premier vainqueur de la primaire, ce sera la primaire." 

9h16 : Pendant ce temps là... Tandis que la gauche choisit son candidat, François Hollande, en visite au Chili, passera sa journée en plein désert d'Atacama. Le chef de l'Etat doit y vanter les mérites de l'énergie solaire dans une centrale photovoltaïque construite par EDF. Il ne votera donc pas à la primaire et se trouvera dans une zone sans réseau téléphonique ni internet. Mais "un président reste toujours connecté", et François Hollande recevra les résultats dès qu'ils seront disponibles, assure son entourage. 

9h00 : Les bureaux de vote ont ouvert. Le premier tour de la primaire est bel et bien lancé avec l'ouverture des bureaux de vote en France métropolitaine. Quelque 7.530 points de vote ont été organisés pour les électeurs. C'est moins que lors de la primaire de droite (10.228) ou que lors du précédent scrutin, en 2011 (9.425). 



8h30 : En Outre-mer et à l'étranger, on vote déjà. Les opérations de vote de la primaire socialiste élargie ont débuté samedi dans plusieurs territoires d'Outre-mer et pour les Français de l'étranger consultés par voie électronique. Plusieurs électeurs ont déploré quelques difficultés pour trouver leur bureau de vote, "par manque de communication", selon eux.

8h00 : Le grand enjeu de la participation. 2 millions d'électeurs ? 3 millions ? Beaucoup moins ? Les organisateurs se gardent de faire des pronostics sur la mobilisation autour de cette primaire mais tablent tout de même sur une participation minimum de 1,5 million d'électeurs. Ce chiffre sera scruté tout au long de la journée pour déterminer la dynamique qui s'installe autour du futur candidat du PS et de ses alliés. En 2011, ils étaient près de 3 millions pour la primaire PS. Cet automne, la droite a rassemblé plus de 4 millions de votants à chacun des deux tours.

7h30 : Les derniers préparatifs. Les bureaux de vote s'apprêtent à ouvrir leurs portes et il faut être prêt à accueillir les électeurs. Retrouvez le reportage d'Europe 1 dans la dernière ligne droite avec le scrutin. Où l'on explique notamment que des bulletins supplémentaires ont été prévus pour éviter les pénuries que les électeurs ont pu rencontrer lors de la primaire de droite.


Dernière ligne droite pour les organisateurs de...par Europe1fr

7h00 : Primaire de la BAP, FAQ. Vous n'avez pas tout suivi pendant la campagne ? Ou bien elle n'a pas permis de lever tous vos doutes ? Europe 1 vous propose un dernier petit guide de la primaire organisée par le Parti socialiste.