Pour la présidentielle, la gauche s'engagera sur l'élargissement de la PMA

  • A
  • A
Pour la présidentielle, la gauche s'engagera sur l'élargissement de la PMA
Selon Laurence Rossignol, la PMA sera un engagement de campagne à gauche en 2017.@ KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :

Le candidat de la gauche pour 2017 portera "incontestablement" l'engagement de l'élargissement de la PMA aux couples homosexuels, selon Laurence Rossignol.

Laurence Rossignol, ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes, a estimé mercredi que la gauche s'engagerait pendant la campagne présidentielle de 2017, à ouvrir l'accès à la Procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes et aux femmes seules.

Élargir ce droit aux couples homosexuels. "Je pense que (le sujet) sera sur la table" lors de la campagne présidentielle, car "les associations vont porter la question de l'ouverture de la PMA aux couples de femmes ou aux femmes seules", a déclaré Laurence Rossignol lors de l'émission "Questions d'info" LCP-France Info-Le Monde-AFP. "Je n'ai pas changé de position", a-t-elle ajouté. "Dès lors que la procréation médicalement assistée, le recours à l'insémination artificielle, est ouvert aux couples hétérosexuels, je ne comprends pas pourquoi on le refuse aux couples homosexuels".

Un engagement pour 2017. La ministre a estimé que "c'est un débat qui est encore tendu, donc la présidentielle permettra probablement de légitimer le futur président, pour (le) faire". Alors qu'on lui demandait si ce projet devrait être mis en place en cas de victoire de la gauche, elle a répondu : "oui, je le pense". "Le candidat de gauche, qui sera candidat en 2017 et élu en 2017, portera incontestablement cet engagement". Laurence Rossignol a expliqué que cela n'avait pas été fait pendant le quinquennat actuel, parce qu'après la loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples homosexuels, la droite en avait fait "un sujet de conflit, alors que les Français étaient globalement pour, et du coup il y a eu une espèce d'injonction à ne pas traiter".