Pour Bernard Accoyer, les Républicains ont "un problème de leadership"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Après le second tour des élections législatives, dimanche, Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, estime que son parti a "besoin de tout remettre en cause".

INTERVIEW

"Nous avons un problème de leadership." Voilà le constat tiré par Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains, au lendemain du second tour des élections législatives. "Nous avons un besoin de rénovation profond. (...) Nous avons besoin de tout remettre en cause", a-t-il estimé au micro d'Europe 1, lundi matin.

"Essayer de comprendre." Et pour cela, il proposera dès mercredi "un calendrier, une méthode de travail" au bureau politique de son parti : "Les échecs successifs que nous avons connus, l'éloignement qui est le nôtre par rapport aux Français, méritent que l'on aille un petit peu plus loin pour essayer de comprendre et apporter une réponse."

Un nouveau leader avant la fin de l'année. Cela passe par une échéance importante pour Les Républicains, "d'ici la fin de l'année", avec l'élection d'un nouveau leader. Mais attention, "cela ne doit pas être un combat de personnes, prévient Bernard Accoyer. Ce doit être un débat de fond, sur notre ligne, sur nos méthodes de travail, sur notre faculté à attirer les Français à s'intéresser à la politique et surtout aux idées qui sont les nôtres et à notre projet."

"Tout le monde est légitime." Y a-t-il un favori pour reprendre les rennes du parti ? "Je n'ai pas à avoir de préférence. (...) Tout le monde est légitime, à s'exprimer d'abord, et ensuite à être candidat. Je souhaite qu'il y ait plusieurs candidats.", répond Bernard Accoyer, qui assure par ailleurs que ça ne sera "certainement pas" lui : "J’essaye de servir mon pays en faisant en sorte que mon parti contribue au débat démocratique."

Baroin pas candidat. Bernard Accoyer se garde donc de dévoiler tout nom d'un éventuel candidat à la présidence des Républicains. En revanche, il assure que ce ne sera pas François Baroin : "François Baroin serait un très bon candidat, sauf qu'il a décidé de ne pas être candidat et de ne pas concourir pour la présidence du mouvement."

"Il n'y aura pas d'explosion." "Je vais veiller à ce que le débat se passe dans de bonnes conditions, à ce que notre mouvement politique reste rassemblé", poursuit-il. Et cela est aussi valable pour le groupe LR à l'Assemblée nationale. "Il n'y aura pas d'explosion", promet Bernard Accoyer avant d'ajouter : "Ce qui est évident aujourd'hui, c'est que nous serons le premier groupe de l'opposition." Les Républicains et leurs alliés (UDI + divers droite) ont obtenu 137 sièges dans l'hémicycle, lors du second tour des élections législatives, dimanche.

"Une opposition responsable." "Nous serons une opposition responsable. (...) Nous voterons, nous participerons aux textes qui apporteront des réformes indispensables au pays, mais nous resterons dans l'opposition", assure Bernard Accoyer, avant d'ajouter : "Quand on est dans l'opposition, par principe de construction, on ne vote pas la confiance au gouvernement." L'objectif du parti à l'Assemblée sera surtout d'être "loyal envers ses électeurs".