Plombier ou chef d'entreprise, ils commentent le débat de la primaire de droite

  • A
  • A
Partagez sur :

Europe 1 a suivi le premier débat de la primaire de le droite et du centre avec deux chefs d'entreprises de la région nantaise.

Jeudi soir, les sept candidats de la primaire de la droite et du centre se sont retrouvés, pour la première fois, sur le plateau TV de TF1 pour débattre de leur programme. Un débat policé, souvent technique où les prétendants ont largement pu mettre en avant leurs propositions économiques et sociales. C'est cet aspect du débat qu'ont particulièrement suivi Olivier et Emmanuel, deux chefs d'entreprise de la région nantaise. 

"Des promesses électorales". Trois mots martelés par les candidats ont fait réfléchir Olivier : la baisse des charges. "Moi, je suis d'accord, qu'ils baissent les charges pour que l'on puisse relancer le boulot et embaucher derrière", commente-t-il au micro Europe 1. Mais, se reprend-t-il immédiatement, "qui va payer ? C'est ça le souci". 'En général, quand ils nous font des cadeaux, c'est que l'on va le payer quelque part, il n'y a rien de gratuit, il faut être réaliste", poursuit le plombier, avant d'ajouter : "Ils veulent réduire le déficit et faire en même temps moins de rentrées de caisse. Je trouve que ce n'est pas réaliste, ce sont des promesses électorales".

Qui les a le plus séduit ? De son côté, Emmanuel, qui dirige une entreprise de 23 salariés spécialisés dans l'emballage, remplit des colonnes pendant une heure. Il retient du débat deux mesures chocs : "la grosse proposition qui me semble intéressante, c'est vraiment de baisser les charges salariales et de faire porter le financement du système social par la TVA". Le chef d'entreprise plaide aussi "pour mettre la fonction publique à un pied d'égalité avec les salariés du privé : ça me permet fondamental".

Après l'émission, Emmanuel distribue ses palmes : "celui qui a le plus de charisme est Nicolas Sarkozy. Pour moi les plus sérieux demeurent Fillon et Le Maire". Olivier décerne lui la mention au grand inconnu de ce débat, Jean-Frédéric Poisson, le candidat du Parti chrétien-démocrate.