Pas de dynamique Sarkozy après son entrée en campagne, selon un sondage

  • A
  • A
Pas de dynamique Sarkozy après son entrée en campagne, selon un sondage
Partagez sur :

Seulement 26% des sondés jugent que l'ancien chef de l'Etat ferait un "bon président".

L'entrée en campagne de Nicolas Sarkozy dans la primaire de la droite ne s'est pas traduite par une dynamique en sa faveur et la droite ne ferait pas mieux que la gauche si elle était au pouvoir, selon un sondage Viavoice publié dimanche.

Des sondages stables. Quelque 26% des sondés jugent que l'ancien chef de l'Etat ferait un "bon président", une proportion stable par rapport à une dernière étude, menée en juillet. Parmi les sympathisants de droite, ils sont 52% (contre 56% en juin) à juger qu'il ferait un "bon président" et 68% parmi les sympathisants LR (-5 par rapport à juin), selon ce sondage réalisée pour Libération. Son principal rival, Alain Juppé, est lui aussi stable mais à un niveau plus élevé, 44%. François Fillon perd trois points, à 26%. Bruno Le Maire est stable à 22%.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, gagne elle 2 points, avec 27% des personnes interrogées qui pensent qu'elle ferait une bonne présidente. A gauche, Emmanuel Macron reste en tête, avec 32% (+1), devant Manuel Valls (22%, +1), Arnaud Montebourg (19%, +1), Jean-Luc Mélenchon (17%, +1) et François Hollande (12%, +3). Un sondé sur 2 (52%) juge en outre que la droite ne "ferait pas mieux" que la gauche en matière économique et sociale, contre 32% convaincus du contraire. De même, 52% des personnes interrogées estiment que la droite ne ferait pas mieux pour lutter contre le terrorisme (30% qu'elle "ferait mieux").

La compétitivité en priorité. 29% des sondés (32% des sympathisants de la droite et du centre) souhaitent que les candidats à la primaire de la droite évoquent "en priorité" des propositions pour "améliorer la compétitivité des entreprises" et 26% (33% à droite) pour "limiter les dépenses publiques". La "lutte contre le terrorisme" arrive en 5e position (22% de l'ensemble des Français comme des sympathisants de droite) et "réduire l'immigration" en 12e position (19% des sondés, 22% des sympathisants de droite).