Municipales : la droite arrache Clichy-La-Garenne aux socialistes

  • A
  • A
Municipales : la droite arrache Clichy-La-Garenne aux socialistes
Rémi Muzeau, futur nouveau maire de Clichy-la-Garenne@ THOMAS OLIVA / AFP
Partagez sur :

MUNICIPALES - La droite a conquis dimanche la ville de Clichy-La-Garenne, dernier bastion socialiste des Hauts-de-Seine.

"Une nouvelle fois l'incompétence des socialistes est sanctionnée. L'alternance est en marche". Dimanche soir, le député Eric Ciotti pouvait fanfaronner. La droite sort en effet renforcée des élections municipales partielles en région parisienne, organisées en raison de l'annulation du scrutin pour diverses irrégularités. Après la réélection de Joëlle Ceccaldi-Raynaud à Puteaux le 14 juin dernier, Les Républicains se sont cette fois imposés à Clichy-la-Garenne, dernier bastion socialiste du département, et à Asnières.

"Je les remercie du fond du coeur". A Clichy-la-Garenne, c'est la fin des décennies de socialisme : la liste de Rémi Muzeau (Les Républicains-UDI-MoDem), suppléant de Patrick Balkany à l'Assemblée nationale, remporte une victoire éclatante en raflant 57,82% des voix, loin devant le socialiste Julien Perez (42,18%), ex-directeur de cabinet du maire sortant Gilles Catoire, qui dirigeait la ville depuis 1985 et avait décidé de ne pas se représenter après l'annulation du scrutin de 2014.



Manuel Aeschlimann réélu. A Asnières, bastion de droite conquis par la gauche en 2008 mais repris en 2014 par l'UMP Manuel Aeschlimann, ce dernier, à la tête d'une liste LR-UDI, l'emporte à nouveau avec une marge confortable (56,1% des voix). Au terme d'une campagne agitée, il a battu son meilleur ennemi, le socialiste Sébastien Pietrasanta (43,9%), maire de 2008 à 2014. Le scrutin de 2014, qui s'était soldé par seulement 70 voix d'écart entre les deux rivaux, avait été invalidé en raison de "pressions" à voter UMP aux abords de plusieurs bureaux de vote, sans toutefois que l'implication de Manuel Aeschlimann soit établie.

Deux victoires qui ont permis à Valérie Pécresse, chef de file de la droite pour les futures régionales de décembre prochain de passer une bien bonne soirée :



Sarkozy se frotte les mains. "Ce deuxième tour représente une nouvelle grande victoire des Républicains et confirme les succès enregistrés depuis plusieurs semaines par notre formation la seule à porter avec crédibilité les valeurs de l'alternance", s'est quant à lui félicité Nicolas Sarkozy, dans un communiqué publié dimanche soir. "Notre famille politique naissante a encore de nombreux combats à mener dans les mois à venir pour bâtir le projet d'alternance auquel nos concitoyens aspirent et que nous sommes les seuls à pouvoir incarner", conclut-il.