Marseille : Ghali contre Mennucci, c’était tendu

  • A
  • A
Marseille : Ghali contre Mennucci, c’était tendu
@ Capture d'écran
Partagez sur :

Le dernier débat entre les candidats à la primaire PS a donné lieu jeudi soir à de violentes saillies.

Oui, Samia Ghali et Patrick Mennucci sont bien dans le même camp, celui du Parti socialiste. Une évidence qu'il n’est pas inutile de le rappeler au lendemain d’un débat très tendu entre les deux candidats PS à la mairie centrale de Marseille. Les deux camarades s’affrontaient jeudi soir lors d’un ultime duel, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les échanges ont été très tendus. Et ce dès la première minute.

Les attaques frontales de Ghali… Samia Ghali est bien seule dans cet entre-deux tours. Trois des quatre candidats éliminés au premier tour soutiennent son adversaire, et Matignon et l’Elysée ont du mal à cacher leur préférence pour Patrick Mennucci. Alors la sénatrice a d’emblée choisi l’attaque, dénonçant les calculs et les décisions prises à Paris. "Vous voyez ces ralliements, de petits arrangements parisiens, de couloirs, de Matignon. D’ailleurs, Eugène Caselli ne s’est pas caché. Il a dit qu’il avait eu un échange téléphonique avec le cabinet de Jean-Marc Ayrault", a-t-elle chargé, bille en tête. "Patrick Mennucci a le soutien des élus, j'ai le soutien des Marseillais", a poursuivi la maire du 8e secteur de la ville. "Vous essayez de confisquer cette élection aux Marseillais", a-t-elle enfin lancé.

…Face à la pondération de Mennucci. Face à l’agressivité de Samia Ghali, Patrick Mennucci, favori des sondages, a eu beau jeu de placer dans une posture de pondération. "Je regrette vraiment que tu abaisses notre débat", a lancé le député de Bouches-du-Rhône. "Pour moi, tu es une adversaire, pas une concurrente. Je ne parlerai jamais avec toi comme je parlerais à Ravier (candidat FN aux municipales, ndlr) ou avec Gaudin", a-t-il poursuivi, expliquant que dimanche soir il faudrait se rassembler pour battre "Jean-Claude Gaudin et le Front national".

Un débat de fond : la métropole. Les deux candidats à la candidature se sont aussi écharpés sur un débat de fond : la métropole marseillaise. Patrick Mennucci a ainsi fait remarquer que ses trois soutiens, la ministre Marie-Arlette Carlotti, le député Henri Jibrayel et le président de la communauté urbaine, Eugène Caselli, soutenaient cette future intercommunalité qui doit rassembler, dès 2016, 1,83 million d'habitants. . "Cette métropole est une fumisterie. Il manque l'essentiel, il manque l'argent", a tancé Samia Ghali, en fervente opposante du projet. Elle estime que "rien que pour Marseille" il manque 3 milliards d'euros pour financer les transports.

Mennucci joue l’ingénu. A la sortie du débat, Patrick Mennucci a semblé surpris par l’agressivité de sa contradictrice. "Mme Ghali a certainement choisi une stratégie de rupture avec le gouvernement, avec son parti. Je ne comprends pas très bien. Mais ce n’est pas risqué si ça dure trois jours, comme ça va durer trois jours", pronostique-t-il. Et quel que soit le résultat, pas sûr qu’il y ait des embrassades entre adversaires. Samia Ghali, la "bonne mère", comme elle se présente désormais, réserve encore sa réponse.

>>> A lire aussi sur Europe1.fr :

ZOOM - A Marseille, c'est "tout sauf Ghali" au PS
ZOOM -Un premier débat houleux
DECRYPTAGE - Pourquoi Gaudin vote Ghali
LA QUESTION - Peut-on emmener ses électeurs en bus ?
PORTRAIT - L'ascension d'une "insoumise"
INTERVIEW E1 - Ghali dit "stop" à Carlotti
ZOOM - La colère de Carlotti