Marine Le Pen veut supprimer les régions

  • A
  • A
Marine Le Pen veut supprimer les régions
Celle qui est conseillère régionale depuis plus de vingt ans imagine des régions sans élus et sans compétences.@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Marine Le Pen a donné mercredi, lors de ses vœux à la presse, le coup d'envoi de sa campagne, dévoilant pour l'occasion une série de propositions dont la suppression des Conseils régionaux.

Marine Le Pen a donné le coup d’envoi de sa campagne mercredi, lors de ses vœux à la presse. Elle tiendra jeudi après-midi à Paris une conférence sur l’innovation, et se rendra le lendemain dans l’Eure pour parler des services publics en zone rurale. Parmi les propositions qu’elle vient de dévoiler, Marine Le Pen envisage notamment de supprimer les régions si elle arrive au pouvoir.

La carte de 1789. La candidate frontiste veut marquer sa différence avec François Fillon. Le député de Paris propose de supprimer à terme les départements, quand la fille de Jean-Marie Le Pen veut s’attaquer directement aux Conseils régionaux, revenant ainsi à la carte de France de 1789 avec le triptyque : Etat, département et commune.

Le retour à un Etat centralisé. La disparition des régions doit permettre de retrouver un Etat central, incontournable et de diminuer le nombre de fonctionnaires territoriaux. Marine Le Pen met aussi en évidence un argument identitaire : "La disparition des grandes régions artificielles permettra le retour de nos régions culturelles : la Bretagne, l’Alsace, la Picardie… qui d’ailleurs n’ont pas attendu 1986 et la création des collectivités territoriales pour exister", explique-t-elle.

Une proposition qui doit être travaillée. Celle qui est conseillère régionale depuis plus de vingt ans imagine donc des régions sans élus et sans compétences. "On les transformera juste en instances de coordination entre les départements", détaille un conseiller qui avoue que cette proposition doit encore être affinée, mais figurera tout de même, courant février, dans le programme présidentiel de Marine Le Pen.