Bruxelles, Euro 2016, déchéance de nationalité : les temps forts de l'interview de Manuel Valls

  • A
  • A
Partagez sur :

Au lendemain des attentats de Bruxelles, le Premier ministre était l'invité de la matinale de Thomas Sotto sur Europe 1.

L'ESSENTIEL

Au lendemain des attaques sur la capitale belge, qui ont fait au moins 30 morts et plus de 200 blessés, le Premier ministre a longuement évoqué la menace terroriste qui pèse sur la France, au micro d'Europe 1.

"Nous n'avons jamais connu une telle menace, à un tel niveau". "Nous allons vivre longtemps avec cette menace terroriste", a annoncé le Premier ministre, au lendemain du double attentat qui a frappé la capitale belge. Selon Manuel Valls, "Nous n'avons jamais connu une telle menace, à un tel niveau".


La guerre contre le terrorisme, "une guerre pas...par Europe1fr

"Nous avons fermé les yeux partout en Europe et aussi en France sur la progression des idées extrémistes, salafistes", a reconnu Manuel Valls au micro d'Europe 1, dénonçant "l'idéologie de l'Islam radical qui se propage en prison et dans des lieux de cultes".

"Renforcer le contrôle des frontières extérieures". Pour Manuel Valls, plusieurs mesures doivent être rapidement prises pour endiguer la menace terroriste. Manuel Valls a notamment réaffirmé l'urgence, pour l'Europe, d'adopter le PNR (le fichier des données personnelles des voyageurs aériens). "Il faut aller vite", a-t-il indiqué. Le texte doit passer au Parlement Européen en avril prochain. Par ailleurs, le Premier ministre a estimé qu'il y avait "urgence à renforcer le contrôle des frontières extérieures" de l'Union européenne pour que "plus personne ne puisse passer avec des faux papiers, parce que nous savons que Daech a volé de grandes quantités de passeports en Syrie".

Intransigeant sur la déchéance de nationalité. Le Premier ministre a également pris l'exemple de Salah Abdeslam pour illustrer le bien-fondé, selon lui, de la déchéance de nationalité. La mesure doit encore être approuvée par le Sénat. "Est-ce qu'un Français qui tue d'autres français, qui s'en prend à ses compatriotes peut rester français ? Ma réponse est non", a martelé Manuel Valls. Interrogé par Jean-Pierre Elkabbach sur un projet de perpétuité irrévocable pour les terroristes, Manuel Valls s'est dit "prêt à examiner" d'éventuelles propositions. "Il faut sans doute que ces condamnations soient encore plus lourdes", a-t-il jugé.


"Nous verrons si les terroristes de Bruxelles...par Europe1fr

"Beaucoup d'inquiétudes" pour un Français blessé. Alors qu'une chasse à l'homme a lieu actuellement pour rechercher l'un des auteurs présumés des attaques coordonnées de Bruxelles, Manuel Valls a fait un point sur les différentes enquêtes. "A ce jour, plus d'une trentaine de personnes a été identifiée comme étant liée aux attentats de Paris. Onze sont décédées, douze sont sous les verrous, d'autres sont recherchées", a confié Manuel Valls. Il a aussi fait un point sur le nombre de blessés de nationalité française durant le double attentat de Bruxelles. "Oui, il y a huit français parmi les blessés, mais je suis prudent", a expliqué Manuel Valls. Deux sont notamment blessés gravement, "pour l'un d'eux, nous avons beaucoup d'inquiétudes", a confié le Premier ministre.


"Oui, l'Euro 2016 et le Tour de France auront...par Europe1fr

L'Euro 2016 et le Tour de France maintenus. L'Euro 2016 peut-il se dérouler en France avec la menace actuelle ? "Oui, l'Euro de football, comme le Tour de France et d'autres grands événements auront lieu", a annoncé Manuel Valls. Questionné par un auditeur sur le risque d'attaque lors de grandes manifestations publiques, le Premier ministre a réaffirmé sa volonté de maintenir les événements populaires. "C'est une force pour notre démocratie. (...) La plus belle des réponses face à cette idéologie de mort".