Macron sur les manifestants GM&S : "Certains, au lieu de foutre le bordel", devraient chercher "des postes"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le chef de l'Etat a dénoncé mercredi lors de son déplacement en Corrèze certains des manifestants, dont des salariés de GM&S, qui pourraient selon lui "aller chercher" à décrocher des postes dans une entreprise voisine en mal d'employés.

C’est une petite phrase qui pourrait faire polémique. En déplacement en Corrèze mercredi pour lancer la réforme de la formation professionnelle, Emmanuel Macron a évoqué des salariés "qui foutent le bordel" - dans une référence implicite aux salariés de GM&S qui manifestaient en marge de sa visite à Egletons - au lieu de postuler pour des postes à pourvoir dans une entreprise voisine, dont lui parle son interlocuteur. 

Ceux "qui foutent le bordel". "Il y a en a qui foutent le bordel, alors qu’ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes là-bas, car il y en a qui ont les qualifications pour le faire… et ce n’est pas loin de chez eux", a lancé Emmanuel Macron à Alain Rousset, président du Conseil régional de la Nouvelle-Aquitaine, qui venait de lui évoquer le cas de la fonderie Constellium, "à quelques kilomètres d’ici", à Ussel, qui cherche à recruter.

Manifestation des salariés de GM&S. En marge de la visite du président à Egletons, des salariés et des anciens employés licenciés de l’entreprise creusoise GM&S manifestaient pour interpeller Emmanuel Macron. Accompagnés d’une cinquantaine d'élus locaux, ces salariés entendaient exprimer leur mécontentement alors qu’Emmanuel Macron a refusé de les rencontrer. GM&S a été placé en liquidation fin juin, au terme de plusieurs mois de manifestations, blocages et tractations, qui en ont fait un dossier social chaud des derniers mois de l'exécutif.