"Lobbies sionistes": Philippot (FN) "ne partage rien avec M. Poisson"

  • A
  • A
"Lobbies sionistes": Philippot (FN) "ne partage rien avec M. Poisson"
@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Le vice-président du Front national, Florian Philippot, a jugé "complotistes" les propos de Jean-Frédéric Poisson, candidat à la primaire de la droite. Celui-ci avait parlé des "lobbies sionistes" qui influenceraient Hillary Clinton.

Florian Philippot, l'un des vice-présidents du Front national, a assuré samedi "ne rien partager" avec le candidat à la primaire de la droite Jean-Frédéric Poisson. Ce dernier avait évoqué, dans un entretien à Nice-Matin, les "super-financiers de Wall Street", mais surtout les "lobbies sionistes" proches de la candidate Hillary Clinton aux Etats-Unis.

Une expression qui "gêne" Philippot. "Il y a une épidémie de complotisme dans la vie politique française", a estimé Florian Philippot sur France Info. "Oui", l'expression "lobbies sionistes" le dérange sur la forme : "si elle ne me gênait pas, je l'utiliserais", a-t-il précisé. "Je ne partage rien avec monsieur Poisson, donc c'est l'affaire de la primaire, c'est leur problème." Sur le fond, Florian Philippot a cependant reconnu être d'accord avec une partie des propos du président du Parti chrétien-démocrate. Qu'Hillary Clinton "soit proche de Wall Street, c'est une évidence. Quel besoin de rajouter, de parler des sionistes ? Ou alors il faut qu'il explique ce qu'il sous-entend derrière."

"Je n'ai rien à voir avec ça". Plus généralement, le vice-président du FN a exposé les divergences entre Jean-Frédéric Poisson et le parti frontiste. "Monsieur Poisson, il est pour le burkini, il est anti-laïcité, je n'ai rien à voir avec ça. Il est européiste, moi je suis patriote, je veux retrouver la souveraineté nationale." Pas de renvoi d'ascenseur à celui qui, de son côté, plaide pour considérer le FN "comme un parti comme les autres" et pour "en finir avec le 'cordon sanitaire' [autour du FN] qui n'a ni sens ni raison d'être".

Tollé à droite. Les propos de Jean-Frédéric Poisson sur les lobbies sionistes ont suscité un tollé, notamment à droite. Nathalie Kosciusko-Morizet, elle aussi candidate à la primaire, a saisi la Haute Autorité de la primaire pour demander qu'elle évalue si ces propos sont "compatibles" avec les valeurs de la droite et du centre, préalable pour tout candidat et tout électeur.