Le gouvernement solde l'héritage Sarkozy

  • A
  • A
Le gouvernement solde l'héritage Sarkozy
@ MAXPPP
Partagez sur :

Des mesures emblématiques du quinquennat Sarkozy devraient passer à la trappe.

A l'heure d'aborder à l'Assemblée nationale le projet de loi de finances rectificative pour 2012, le nouveau gouvernement souhaite tourner la page des principales mesures du quinquennat précédent. "Nous héritons d'une situation beaucoup plus dégradée qu'annoncé", a résumé Pierre Moscovici. Le ministre de l'Economie s'était même laissé aller début juillet, assurant que le gouvernement Fillon n'avait "rien foutu".

"Corriger les erreurs"

Moins polémique, Jean-Marc Ayrault a simplement annoncé qu'il s'agissait de "corriger les erreurs" des prédécesseurs. Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget, reproche à l'ancienne majorité de n'avoir pas su anticiper la baisse des recettes fiscales.

Des accusations qui ne sont pas du goût du président de la commission des Finances. Défendant le bilan du gouvernement Fillon, Gilles Carrez répète qu'en matière de maîtrise des finances publiques, la France, en 2012, a obtenu son meilleur résultat depuis 1945.

Lundi, donc, commenceront les discussions à l'Assemblée. Dans le viseur du nouveau gouvernement figurent les principales mesures de Nicolas Sarkozy, à commencer par les exonérations d'impôts et de cotisations sociales liées aux heures supplémentaires. Seules les entreprises de moins de 20 salariés conserveront ces avantages. La révision de cette mesure devrait rapporter trois milliards d'euros de recettes pour 2013.

La TVA sociale enterrée

Autre mesure de l'ère Sarkozy ciblée : la TVA antidélocalisation. Votée en février, la TVA sociale, "extrêmement populaire et nécessaire" selon le député Jérôme Chartier, devait être un "vrai moyen de lutter contre le chômage", toujours selon l'élu UMP. Un point de vue que ne partage pas du tout Jérôme Cahuzac. Pour lui, cette mesure qui coûte 5 milliards d'euros est "créatrice de chômage". Durant sa campagne, François Hollande avait promis de la supprimer, ce sera bientôt chose faite avant même qu'elle soit mise en place.

"Ce qui m'attriste c'est de voir détricoter systématiquement toutes les réformes qu'on avait mises en place, comme la TVA antidélocalisation", a confié la députée UMP Valérie Pécresse, ancienne ministre du Budget.

François Hollande, qui était au festival d'Avignon dimanche, a enfin décidé de donner un coup de pouce à la culture. Il se matérialisera également par le retour de la TVA à 5,5% sur les livres, contre 7% aujourd'hui. Une mesure entrée en vigueur il y a quatre mois à peine.