Le Foll reconnaît qu'"il faut que ça aille mieux" entre François Hollande et Manuel Valls

  • A
  • A
Le Foll reconnaît qu'"il faut que ça aille mieux" entre François Hollande et Manuel Valls
Le Foll a bien compris que Valls était prêt à se présenter en 2017 mais il demande aussi au Premier ministre de "respecter la fonction et le calendrier présidentiel".@ STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Partagez sur :

Le porte-parole du gouvernement demande aussi lundi à Manuel Valls de "respecter la fonction et le calendrier présidentiels". 

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, reconnaît mardi qu'"il faut que ça aille mieux" entre le président François Hollande et son Premier ministre, indiquant "avoir bien compris" que Manuel Valls "était prêt à assumer une candidature".

Valls, "prêt à assumer une candidature". "J'ai bien compris que Manuel Valls voulait être dans la bataille et qu'il était prêt à assumer une candidature", déclare ce proche de François Hollande dans un entretien à Libération. "Je l'ai bien compris et je le respecte. Je demande aussi que l'on respecte la fonction et le calendrier présidentiels". Interrogé sur les relations entre le président et son Premier ministre, qui se pose désormais en recours pour 2017, Stéphane Le Foll répond d'une phrase : "il faut que ça aille mieux". 

Macron ? "Le renouveau, ça ne se proclame pas". À l'adresse d'Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, Stéphane Le Foll rappelle le faible score de Bruno Le Maire au premier tour de la primaire de la droite : "l'exemple de Bruno Le Maire est à méditer : le renouveau, ça ne se proclame pas. Ça s'incarne et ça se démontre".

La primaire PS "plus faible et c'est normal". Sur la primaire organisée par le PS, le porte-parole estime que la participation "sera sans doute plus faible et c'est normal", que celle enregistrée par la primaire de la droite (plus de 4 millions de votants au premier tour). "Cette primaire sera différente. Lorsque l'on est dans l'opposition, il y a une envie d'alternance, donc plus de mobilisation. Pour nous cette primaire doit nous permettre de clarifier, de défendre ce qui a été fait".