La stratégie de Marine Le Pen pour conquérir de nouveaux soutiens

  • A
  • A
Partagez sur :

MAIN TENDUE - Dans le but d'élargir sa base électorale, la présidente du Front national tente de jeter des passerelles entre l'extrême droite et d'autres formations politiques.

La chasse est ouverte et le temps presse. A l'approche de l'élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen part à la recherche de nouveaux soutiens politiques. Objectif : élargir sa base électorale quand le Front national semble encore et toujours confronté à un "plafond de verre électoral" entre les premiers et les seconds tours des scrutins.

Des soutiens individuels. La présidente du parti frontiste a bien tenté de nouer des alliances en bonne et due forme avec les autres formations politiques. Elle l'avait d'ailleurs proposé à Nicolas Dupont-Aignan. Mais à l'instar du président de Debout la France, qui n'a pas donné suite à l'offre, les partis se montrent très frileux. Mieux vaut donc, pour Marine Le Pen, compter sur des soutiens individuels d'élus qui amèneraient leurs électeurs avec eux.

Préparer l'arrivée de transfuges. L'idée, c'est de ne pas attendre la pression d'une campagne électorale ou d’un entre-deux tours mais bien de jeter des passerelles, de nouer un dialogue dès maintenant. Marine le Pen a demandé à trois anciens de l’UMP (devenu Les Républicains) qui l’ont rejoint de créer une cellule pour préparer l’arrivée d’éventuels transfuges venus de la droite "traditionnelle". Mais la présidente du Front national compte également sur la gauche. Dans les bassins miniers du Nord, elle croit possible de convaincre des élus de terrain de la rejoindre. Bertrand Dutheil de la Rochère, ancien proche de Jean-Pierre Chevènement et ex-membre du Mouvement républicain et citoyen, qui a rejoint le Front national en 2011, est à la manœuvre.

Une "liste blanche". Pour ces élus, sauter le pas peut leur permettre de survivre face à une extrême droite qui progresse fortement, et pas seulement dans le sud. Marion Maréchal-Le Pen a d'ailleurs bien identifié l'enjeu. "Aux législatives de 2012, on avait fait une liste noire des personnalités à faire battre. Nous pourrions cette fois faire une liste blanche de celles qui sont cohérentes avec leurs idées", indique la députée du Vaucluse. Cette dernière veut négocier avec les élus de droite qui perdront leur siège à coup sûr aux prochaines législatives parce que le Front national a multiplié ses scores par deux dans leur circonscription. Le parti frontiste ne présenterait pas de candidat contre eux afin d'assurer leur réélection. En échange, ces députés rejoindraient l'extrême droite pour former un groupe à l'Assemblée.

Plusieurs élus approchés. Le Front national a en effet besoin de quinze membres pour en constituer un. Un objectif à sa portée. Dans le Var ou le Vaucluse, les députés Les Républicains sont tous en danger. A Béziers, Elie Aboud, candidat malheureux aux municipales face à Robert Ménard mais toujours député de l'Hérault, est très courtisé. Dans le Loiret, Claude de Gamay, confronté à une explosion du vote Front national, a été approché. Des contacts que Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen entreprennent de nouer à l'Assemblée.

Aller sans retour pour l'extrême droite. Sur le papier, la stratégie tient bien la route. Mais le prix à payer pour ces transfuges reste élevé. Basculer publiquement avant la présidentielle et les législatives du côté frontiste, en appelant clairement à voter Marine Le Pen dès le premier tour en 2017, est un aller sans retour pour le FN.