La Réunion : dans une salle à moitié vide, Emmanuel Macron se la joue "Jacques Martin"

  • A
  • A
La Réunion : dans une salle à moitié vide, Emmanuel Macron se la joue "Jacques Martin"
Le candidat d'En Marche ! est en déplacement à La Réunion. @ Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Le candidat d'En Marche ! a reçu un accueil mitigé à La Réunion. A un mois de l'élection, il doit encore convaincre les nombreux indécis.

REPORTAGE

Dans une campagne présidentielle, il y a des jours avec et des jours sans. Alors qu'Emmanuel Macron à l'habitude de remplir les salles où il tient ses meetings, et même de refuser des soutiens faute de place, la salle était à moitié vide samedi après-midi à Saint-Denis de la Réunion. 

Une salle à moitié vide. Dans une salle de sport de la capitale réunionnaise où le candidat d'En Marche ! est en déplacement pour le week-end, seules 2.500 personnes sur les 5.000 attendues avaient fait le déplacement. Pour éviter que l'on ne retienne que ces images de gradins à moitié vides, Emmanuel Macron a donc improvisé. Exit les traditionnels discours de plus d'une heure auxquels le candidat est habitué et place à un échange avec les spectateurs présents dans la salle. Au total, une dizaine de personnes se sont succédé sur scène pour interroger l'ancien ministre de l'Economie.

"Comment devient-on président ?". Et parmi les "invités" de ce meeting pas comme les autres, un enfant de six ans. "Il y a un petit côté Jacques Martin là...", s'amuse alors Emmanuel Macron en référence à "L'école des fans", lorsque le jeune garçon l'interroge sur "comment devenir président ?". A cette question, le leader d'En Marche, favori des sondages, n'a pas la réponse. Il lui reste encore un mois pour la trouver alors que l'on croise beaucoup d'indécis dans le public. "On vient ici pour voir si justement il va y avoir du changement pour La Réunion et en général. On demande encore à voir", explique par exemple une personne présente au micro d'Europe 1. "C'est surtout par défaut puisque vu ce que l'on nous propose maintenant, il ne nous reste que Macron. Derrière, on est plein de questions. Moi ici je viens, je suis très curieux, mais ce n'est pas pour ça que je vais voter pour lui. Je me pose des questions", renchérit un autre.

Un sprint jusqu'à l'élection. Dans les semaines à venir, le défi d'Emmanuel Macron est donc là : ne plus être un choix par défaut, mais un objet d'adhésion. Lui-même le reconnait, il entame à La Réunion un sprint d'une trentaine de jours jusqu'au premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril.