Aube : l'UMP remporte la législative partielle devant le FN

  • A
  • A
Aube : l'UMP remporte la législative partielle devant le FN
@ Maxppp
Partagez sur :

ÉLECTION - Gérard Menuel a été élu sans surprise député de la 3e circonscription de l'Aube, dimanche soir, face au candidat FN lors de l'élection législative partielle.

Il n'y a pas eu de surprise. Dimanche, l'UMP Gérard Menuel a été élu député de la 3e circonscription de l'Aube en devançant largement le candidat FN lors de l'élection législative partielle. Il succède ainsi à François Baroin, devenu sénateur en septembre ainsi que président de l'association des maires de France (AMF). Gérard Menuel a réunit 63,85% des voix face au candidat du Front national Bruno Subtil (36,15%), dans une élection marquée par une forte abstention de 72,85% (75,37% au premier tour).

Le PS éliminé au premier tour. A l'issue du premier tour, le candidat socialiste Olivier Girardin, avec seulement 14,69% des voix, n'avait pas réussi à se qualifier au second tour. Un peu mois d'un quart des électeurs, soit 24,63% des inscrits, s'étaient déplacés pour voter. Un revers cinglant pour le gouvernement, alors qu'en juin 2012 la candidate du PS, Lorette Joly, s'était qualifiée pour le second tour des législatives en réunissant 28,79% des suffrages. Elle avait été ensuite largement battue par François Baroin, qui l'avait emporté avec 56,45% des voix.

>> LIRE AUSSI - Un député élu sénateur, ça se passe comment ?

Sarkozy pointe "le rejet de la majorité présidentielle". Nicolas Sarkozy s'est immédiatement félicité de la victoire de son camp. Le président de l'UMP a déclaré dans un communiqué que l'élection d'un candidat de droite traduit "le rejet de la majorité présidentielle". L'ancien président de la République a également adressé ses "chaleureuses félicitations à Gérard Menuel".  "Cette victoire claire et large souligne le travail de terrain accompli par notre candidat, l'engagement de François Baroin, le rejet de la majorité présidentielle et l'espoir que notre famille politique a la responsabilité d'incarner", a ajouté Nicolas Sarkozy.