Juppé : "évitons les exploitations politiciennes"

  • A
  • A
Partagez sur :

Choqué, comme beaucoup, par les "vociférations" de mardi à l’Assemblée nationale, l’ancien Premier ministre met en garde contre toute "récupération politicienne" des attentats de Paris. 

INTERVIEW

C’est peu de dire que le spectacle montré par les députés mardi à l’Assemblée nationale n’a pas pour beaucoup été à la hauteur des événements, quelques jours après les attentats de paris, e alors que la France était encore en deuil national. Alain Juppé est de cela. "Evitons de nous livrer à des exploitations politiciennes d’une situation dramatique, qui bouleverse profondément les Français", a déclaré l’ancien Premier ministre jeudi matin sur Europe 1.

"Désastre dans l'opinion". "Pas de vociférations comme ce qu’on a vu il y a 48 heures à l’Assemblée nationale. Tous les Français ont été choqués. Aussi bien de la part de certains dépurés que de la part de certains ministres. Ils sont assez grands maintenant pour s’apercevoir du désastre que cela fait dans l’opinion" a insisté le maire de Bordeaux, qui n’oublie tout de même pas qu’il est dans l’opposition. "Mais pas de récupération politicienne non plus de la part du pouvoir. Ne nous laissons pas entraîner dans le piège d’une sorte de gouvernement d’union nationale qui n’a pas de sens. Nous sommes dans l’opposition", a-t-il rappelé.

"Il faut voter" la prolongation de l'état d'urgence. Alain Juppé, qui n’est pas député, a par ailleurs appelé ses camarades des Républicains à voter jeudi le projet de loi sur la prolongation de l ‘état d’urgence. "Il faut voter ce texte, il est important, il prolonge l’état d’urgence pendant trois mois, mais il renforce aussi le contenu  des moyens mis à la disposition du gouvernement, en particulier l’extension et le durcissement des assignations à résidence. C’est quelque chose quoi est nécessaire aujourd’hui dans l’arsenal juridique dont nous disposons", a-t-il argumenté. "Aujourd’hui, la priorité, c’est la vie des Français, c’est la sécurité qu’il faut protéger et il ne faut pas mettre de bâtons dans les rues de ceux qui sont aux commandes pour mener cette politique".

L'interview intégrale d'Alain Juppé :


Juppé : "L'Etat islamique nous a déclaré la...par Europe1fr