Jean-Christophe Lagarde propose des "travaux d'utilité collective" pour les réfugiés

  • A
  • A
Partagez sur :

Le président de l'UDI était l'invité de Jean-Pierre Elkabbach, vendredi sur Europe 1.

INTERVIEW

Invité de Jean-Pierre Elkabbach, vendredi sur Europe 1, Jean-Christophe Lagarde a plaidé pour l'accueil des réfugiés en France. "Ce ne sont pas des gens qui viennent profiter du système social européen ou français, contrairement à ce que raconte l'extrême droite", a-t-il affirmé. "Ce sont des gens victimes d'un génocide et qui fuient pour sauver leur peau".

La France doit-elle accueillir davantage de réfugiés ? "Bien évidemment", a estimé le député-maire de Drancy, en Seine-Saint-Denis. "Est-ce qu'on a fermé la porte aux Juifs allemands entre 1933 et 1939 ? Qui proposerait de mettre ces gens là dans des charters et de les renvoyer entre les mains des égorgeurs de Daech ?" Et Jean-Christophe Lagarde d'insister : "ces gens-là ne viennent pas profiter de nous, ils viennent simplement essayer de sauver leur peau. Une fois installés ici, il faut complètement les intégrer". "Je trouverais utile qu'ils puissent participer à des travaux d'utilité collective", a-t-il également estimé.

"Moins on aura de concentration, plus on aura d'intégration". Jean-Christophe Lagarde propose toutefois de restreindre l'immigration légale pour permettre un meilleur accueil des réfugiés. "Aujourd'hui, chaque année, avec le droit actuel de la gestion migratoire, 100.000 personnes rentrent au titre du regroupement familial ou de l'immigration économique", a-t-il rappelé. "C'est une immigration qui peut attendre. Celle qui est menacée de mort ne peut pas attendre, et c'est l'honneur de la France d'accueillir ces gens qui sont en danger de mort".

Sur le plan de l'organisation, "chaque commune doit faire en fonction de ses moyens et de ses capacités d'accueil", a affirmé Jean-Christophe Lagarde. Pour lui, "il est assez absurde de vouloir les regrouper par centaines dans certaines communes". "Moins on aura de concentration, plus on aura d'intégration", a-t-il insisté.

>> Retrouvez l'interview de Jean-Christophe Lagarde dans son intégralité :


Jean-Christophe veut "une guerre totale" contre...par Europe1fr