Jadot : "Hollande et Sarkozy, c’est déjà le vieux monde"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le candidat à la primaire écologiste a critiqué sur Europe 1 la classe politique sans son ensemble, et invité à se tourner vers l’avenir.

INTERVIEW

Après avoir milité pour une grande primaire de toute la gauche, et face à l’échec de cette tentative, Yannick Jadot s’est résolu à participer à la primaire écologiste, dont le vainqueur sera connu au début du mois de novembre. Et plutôt que de s’en prendre à ses rivaux, Cécile Duflot, Karima Delli et Michèle Rivasi, l’eurodéputé, samedi sur Europe 1, s’en est pris aux politiques au pouvoir depuis trop longtemps à son goût. "Hollande et Sarkozy, c’est déjà le vieux monde", a-t-il lancé. "C’est extraordinaire de voir qu’un président en exercice apparaisse autant comme représentant le passé. Moi, je veux donner un avenir à ce pays."

"Ils sont pour le nucléaire, le diesel, le tout camion..." Yannick Jadot a insisté dans sa condamnation de la classe politique. "Qu’est-ce qui réunit aujourd’hui Sarkozy, Juppé, Hollande, Valls, Montebourg, Macron ? Ils sont pour le nucléaire, ils sont pour le diesel, ils n’ont pas fait le fret ferroviaire, ils ont choisi le tout camion, et après on s’étonne qu’Alstom est en train de disparaître. Ils sont pour l’agriculture la plus intensive qui fait qu’on a un paysan qui se suicide tous les deux jours", a-t-il attaqué. "C’est nous le projet de la cohérence. Nous voulons redonner du sens et un projet à ce pays. On ne peut pas être pour l’accord de Paris et pour l’aéroport de Notre-Dame-des Landes, le Lyon-Turin et le nucléaire."

"On est en train de se rabougrir, de se replier". "Regardez la France, tout ce qu’elle pourrait faire d’extraordinaire avec l’Europe, en donnant à voir tout ce qu’elle fait de bien, et en s’inspirant du reste. Au lieu de ça, on est en train de se rabougrir, de se replier", a regretté Yannick Jadot. "Sur les énergies renouvelables, sur l’alimentation, sur l’agriculture, sur la mobilité durable, il y a plein de choses extraordinaires à faire dans notre société", a insisté l’eurodéputé.