Jacques Attali : "Aucun candidat n'a de programme"

  • A
  • A
Partagez sur :

L'économiste compte sortir le système politique du pouvoir pur. Dans cette perspective, il va présenter 10 engagements aux Français et aux candidats à la présidentielle.

INTERVIEW

D'ici fin 2016, Jacques Attali, économiste et écrivain, va présenter 10 engagements à chaque candidat à la présidentielle de 2017. Ces engagements seront issus du 5e forum de l'économie positive qui se déroule au Havre dès ce mardi et dont l'économiste, invité de Jean-Pierre Elkabbach mardi, est l'initiateur.

"Les politiques de moins en moins puissants". "Ce forum est organisé par la fondation positive planète que je préside et dont la mission est d'aider à travers le monde des jeunes et des femmes notamment à ne pas dépendre de la charité et de créer les conditions d'un avenir meilleur. L'économie positive travaille dans l'intérêt des générations suivantes." L'économiste valorise les initiatives hors de microcosme politicien : "Les politiques sont beaucoup moins puissants qu'on le croit, de moins en moins, affirme-til. Des gens qui gouvernement, il y en beaucoup plus qui ne sont pas dans le pouvoir mais dans les ONG, les entreprises, les universités."

Entendu sur Europe 1
Un programme consiste à détailler une vision du monde à vingt ans, à détailler une liste de propositions cohérentes, chiffrées démontrant que ceci est réaliste.

"Pousser les candidats". Les dix engagements qui ressortiront des cinq jours de forum seront portés à la connaissance des Français. Ils traiteront notamment de l'école. "L'école maternelle, c'est fondamental", assure le spécialiste. Autre axe de proposition : la défense. "C'est la clé, il faut créer les conditions pour que notre défense, notre police et notre justice aient davantage de ressources." L'économiste entend aussi "mettre en ordre notre système de retraite". Ces trois propositions majeures ainsi que les sept autres sont selon lui "une façon de pousser les candidats à s'intéresser à autre chose. Pour l'instant, aucun candidat n'a de programme, aucun", martèle Jacques Attali. 

"Si on s'était occupés il y vingt ans..." Une sentence qui peut sembler agressive. "Un programme consiste à détailler une vision du monde à vingt ans, à détailler une liste de propositions cohérentes, chiffrées démontrant que ceci est réaliste. Aucun ne l'a fait, ni à droite, ni à gauche", regrette l'économiste qui ajoute : "Si on s'était occupés il y vingt ans de l'intérêt des générations futures, la crise de 2008 n'aurait pas eu lieu. On le voit bien avec Alstom : si on s'était occupés depuis 20 ans de créer les conditions pour qu''Alstom survive autrement qu'en étant un fournisseur d'un seul client, la SNCF, l'entreprise aurait plus créer les conditions pour atteindre le marché mondial."

Sa critique acerbe du monde politique se conjugue au présent. Comme il avait dit en 2012 que Nicolas Sarkozy n'avait "pas établi sa crédibilité pour l'avenir", le bilan du quinquennat de François Hollande est selon lui "très insuffisant". Il reconnaît néanmoins deux qualités "rares pour un homme politique" à l'actuel chef de l'Etat : "l'honnêteté et ne pas avoir pété les plombs".