Hollande veut "rassurer" les musulmans

  • A
  • A
Hollande veut "rassurer" les musulmans
@ REUTERS
Partagez sur :

Le candidat socialiste a reçu des responsables musulmans suite à la polémique "halal".

Le débat sur le halal ne cesse de rebondir. François Hollande a voulu rassurer les représentants du culte musulman pour apaiser le climat tendu suite aux déclarations de François Fillon sur les "méthodes ancestrales" d'abattage halal et casher.

Le candidat socialiste a reçu mercredi à son QG de campagne le recteur de la Grande Mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, et le dirigeant du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui. S'il s'agit d'invitations de longues dates, tient à préciser son entourage, celles-ci n'en étaient pas moins nécessaires. "D'autres ont créé la polémique, il m'appartenait donc de rassurer les cultes pour dire que la laïcité, en définitive, était la protection de la liberté de conscience et de religion et en même temps fournissait à tous les Français la garantie que les mêmes règles s'imposaient partout dans l'espace public", s'est justifié François Hollande, après cet entretien.

Un véritable malaise chez les musulmans

François Hollande nous "a donné l'assurance" de sa volonté que l'islam "bénéficie d'un respect, d'une considération égale à tous les autres cultes", s'est réjoui Dalil Boubakeur après la rencontre, évoquant "un véritable malaise" chez les musulmans.

"Nous avons exprimé notre inquiétude quant au débat récurrent sur un certain un nombre de pratiques religieuses musulmanes", a pour sa part déclaré Mohammed Moussaoui, inquiet de "la multiplication des propositions de loi vestimentaires, comme celle votée par le Sénat, à majorité de gauch, le 19 janvier dernier, concernant les assistantes maternelles". "Cette proposition qui impose le principe de neutralité à des personnes privées ne concernait jusqu'à présent que des fonctionnaires incarnant l'Etat dans l'exercice de leurs fonctions", a-t-il précisé. Mohammed Moussaoui a également parlé à François Hollande des "actes anti-musulmans, qui ont connu une augmentation de 34% en 2011", et souhaité "qu'une mission d'information parlementaire soit mise en place pour affronter ce fléau".

Mohammed Moussaoui et Dalil Boubakeur seront ensuite reçus par François Fillon jeudi. Le Premier ministre recevait les représentants du culte juif, le président du Consistoire central Joël Mergui et le grand rabbin Gilles Bernheim mercredi  à Matignon. A l'issue de cet entretien, ceux-ci ont déclaré que "l'incident" était clos", tout en précisant: "pour l'instant nous sommes en état d'alerte, il faut qu'on continue à travailler à avoir des garanties, que nous avons entendues du Premier ministre".