Hollande fâche les pro-mariage gay

  • A
  • A
Hollande fâche les pro-mariage gay
En parlant de "liberté de conscience" devant les maires de France, François Hollande a donné à beaucoup l'impression de reculer sur le mariage gay.@ MAXPPP
Partagez sur :

Sa sortie sur "la liberté de conscience" des maires n’est pas du goût des partisans de la loi.

Le contexte. En se rendant mardi devant le Congrès des maires de France, François Hollande avait apparemment à cœur de plaire à son auditoire. Le président de la République a donc lâché du lest sur le rythme scolaire mais aussi, et surtout, sur le "mariage pour tous", ou mariage gay. "La loi s'applique pour tous dans le respect, néanmoins, de la liberté de conscience", a lancé le chef de l’Etat, évoquant "les possibilités de délégations (d'un maire à ses adjoints) qui existent et qui peuvent être élargies".

Depuis plusieurs semaines pourtant, les ministres qui s’exprimaient sur le sujet martelaient que la loi s’appliquerait pour tous. Le discours de François Hollande a donc été vécu par beaucoup comme un recul sur le sujet. D’où une certaine grogne des plus fervents partisans du mariage pour tous.

Au PS, la surprise. Bernard Roman, député PS du Nord, est l’un des plus actifs sur la question à l’Assemblée nationale. L’élu ne cache pas avoir été pris de court par la sortie présidentielle. "Ça me surprend et ça me laisse circonspect. Et je sais que ceux qui travaillent sur ce texte au Parlement partagent cette surprise", a réagi Bernard Roman à Europe 1.

"J’essaierai de faire connaître ce sentiment au président de la République" :

"Il y a des maires qui sont en désaccord avec les mariages mixtes par exemple, et on ne leur accorde pas la liberté de conscience", argumente encore le député du Nord. "Ils sont officiers d’état-civil pour marier les gens qui légalement publient leur ban et demandent à se marier. Si cette liberté de conscience devait conduire à ce que dans certaines mairies on dise qu’on ne marie pas les couples homosexuels, ce serait inacceptable", prévient-il.

Sans critiquer ouvertement François Hollande, Christophe Girard, adjoint PS au maire de Paris, s’est lui interrogé sur Twitter :













La mise au point du gouvernement. Conscient du trouble, le gouvernement a tenté de désamorcer la polémique mercredi à l'issue du Conseil des ministres. D'abord par la voix de sa porte-parole, Najat Vallaud-Belkacem. La ministre du Droit des femmes a assuré avoir eu "la confirmation de la détermination pleine et entière" du chef de l'Etat sur le sujet. "L'Etat est garant du respect de l'égalité des droits sur tout le territoire. Le droit au mariage dans la commune du domicile ou de la résidence de l'un des époux, inchangé depuis 1804, ne connaîtra aucune dérogation", prévient-elle.

De son côté, Christiane Taubira a utilisé la voie du communiqué. La célébration du mariage "pour tous" sera assurée "dans chaque commune de France au nom de l'égalité des droits", écrit la ministre de la Justice. "L'Etat est garant du respect de l'égalité des droits sur tout le territoire. Le droit au mariage dans la commune du domicile ou de la résidence de l'un des époux, inchangé depuis 1804, ne connaîtra aucune dérogation", prévient-elle. Mais l'ire des partisans du mariage pour tous est telle que ces mises au point pourraient ne pas suffire.

mamere-carre

Le reste de la gauche s’emporte. Noël Mamère, qui fut le premier en France à célébrer symboliquement un mariage homosexuel dans sa mairie de Bègles, n’a pas eu de mots assez durs à l’encontre de François Hollande. C'est "un recul, une soumission, une esquive", s'indigne le député écologiste dans une interview à Libération. "Cela ressemble beaucoup à une capitulation en rase campagne", insiste-t-il, jugeant qu'"en cédant aux maires les plus ultra, François Hollande fait preuve d'une mollesse politique inexplicable".

Moins virulent mais tout aussi déçu, Jean-Luc Romero se dit "triste et inquiet". "Au moment où on s’apprête à voter une mesure d’égalité, il ne faudrait pas qu’elle porte en elle le germe de la discrimination", a réagi le conseiller régional d’Ile-de-France, apparenté PS, sur Europe 1. L’homme, qui milite pour le mariage pour tous depuis de nombreuses années, s’inquiète surtout de "qu’il va se passer dans les petites communes".

couple lesbien enfant

© MAXPPP

 Les associations furieuses. L’Association des familles homoparentales (ADFH) s’est dite "consternée" par les déclarations de François Hollande. "Refuser de marier un couple mixte relève de la xénophobie, refuser de marier un couple homosexuel relève de l’homophobie", estime l’association. "Si la loi pour le mariage pour tous est votée, son application ne saurait faire l’objet d’un marchandage de conscience. Les dispositions relevant de l’état civil s’appliquent à tous", martèle l’ADFH.

L'association Inter-LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) s'est de son côté étonnée des propos de François Hollande. "C'est une expression inattendue", a réagi Nicolas Gougain, son porte-parole. "Je ne comprends pas comment on pourrait justifier qu'une loi ne s'applique pas de la même manière partout sur le territoire de la République", a-t-il ajouté. Le militant a demandé "que la majorité soit ferme et claire", et précisé que le 16 décembre l'Inter-LGBT appelait justement à manifester pour rappeler au gouvernement "son engagement" en faveur de "l'égalité des droits".

La droite se frotte les mains... Evidemment, la droite, vent debout contre le projet de loi, n’a pu que se satisfaire des propos du chef de l’Etat. Jean-François Copé, tout auréolé de sa victoire à l’UMP, ne s’est pas privé d’exploiter le filon. Le président de la République "est lui-même, maintenant il le montre, très mal à l'aise avec ce projet. Je le comprends", a déclaré le président de l’UMP mardi soir sur TF1. "Il faut que François Hollande sache que c'est un projet  qui est en train de vraiment fracturer la cohésion de la société française. Car derrière, c'est la question de la parentalité" qui est posée, a-t-il insisté.

manif-mariage

…Et en veut plus. D’autres estiment que le recul présidentiel n’est pas assez fort. "C’est tout simplement un repli tactique, pour ne pas avoir, en plus des manifestants de ce week-end, qui a surpris tout le monde en termes de nombre, d’avoir en plus les maires sur le dos", a estimé sur Europe 1 Xavier Lemoine, maire UMP de Montfermeil, en pointe dans la fronde des élus. "Donc il essaye de dire : ‘restez chez vous, il n’y a pas de panique, vous ne serez pas concernés, vous pourrez toujours déléguer’. Sauf que les maires ils ont bien compris qu’en déléguant, ils sont complices et solidaires de l’acte qu’ils réprouvent", a-t-il assuré.