Hamon dévoile son plan pour créer un million d'emplois en France

  • A
  • A
Hamon dévoile son plan pour créer un million d'emplois en France
Benoît Hamon se dit également convaincu que la politique de relance par la dépense publique qui "a échoué en 1981 marchera demain".@ Philippe Lopez / AFP
Partagez sur :

Le candidat socialiste à la présidentielle dévoile sa politique de relance par l'emploi, basée sur des "investissements stratégiques".

Benoît Hamon, candidat socialiste à l'élection présidentielle, a dévoilé son plan pour créer un million d'emplois en France dans un entretien publié mercredi dans le quotidien Les Echos.

"Investissements stratégiques". L'ancien ministre y déclare que, pour mettre en oeuvre sa politique de relance par l'emploi, il vise les secteurs où il y a des "investissements stratégiques" à réaliser. Le vainqueur de la primaire socialiste PS élargie prévoit de créer notamment 140.000 emplois dans l'habitat, via les "rénovations thermiques et urbaines et la construction de logement", 4.000 dans les transports, 125.000 grâce aux "énergies renouvelables et la chimie verte", 20.000 dans l'"agroécologie", 112.000 dans l'accompagnement des personnes âgées et 109.000 dans le secteur de la petite enfance.

Made in France. Il souhaite également créer des emplois dans les petites et moyennes entreprises "grâce au made in France et (au) fait que leur sera réservé 50% de la commande publique". Il ajoute vouloir aussi augmenter les effectifs de la fonction publique, mais précise que "ce n'est pas le principal contingent" présent dans son programme. "Un million d'emplois, ça me paraît raisonnable avec une politique de relance aujourd'hui, avec une croissance qui serait, je pense, plus riche en emplois", explique Benoît Hamon, en fustigeant par ailleurs "les attaques" contre lui du patron du Medef, Pierre Gattaz.

"Ce qui a échoué en 1981 marchera demain". "Faire le lien entre ma candidature, qui conduirait selon lui à la ruine et la désolation, et Marine Le Pen est affligeant. Ça en dit long sur l'état de décrépitude du Medef", souligne-t-il. Benoît Hamon se dit également convaincu que la politique de relance par la dépense publique qui "a échoué en 1981 marchera demain", expliquant que "la situation économique est radicalement différente" actuellement.