Face aux "frondeurs", le double jeu de l'exécutif

  • A
  • A
Partagez sur :

L'INFO POLITIQUE - Les ténors de la majorité appellent les députés rebelles à la responsabilité. Mais en coulisses, l'inquiétude est toute relative.

Bras de fer. Entre un patronat au bord de la crise de nerfs et une majorité loin d'être docile, l'exécutif s'attend à une semaine délicate à l'Assemblée. Les députés socialistes "frondeurs", fortement investis dans l'hémicycle, ont mené la semaine dernière l'offensive pour "réorienter" le pacte de stabilité en faveur des ménages, sans toutefois parvenir à faire adopter leurs amendements. Le vote sur le collectif budgétaire interviendra mardi. Et dès lundi, commence l'examen du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSSR) sur lequel les frondeurs ont promis de ferrailler encore davantage que sur le budget rectificatif.

Appel à la responsabilité et dramatisation. Face aux "frondeurs", les ténors de la majorité se relaient pour ramener les députés dans le rang, quitte à dramatiser. Le président de l'Assemblée Claude Bartolone et le patron des députés socialistes Bruno Le Roux ont ainsi prévenu que ne pas approuver le budget constituerait une "faute". "Avec les affaires qui touchent l'UMP et la menace de l'extrême-droite, nous ne pouvons pas affaiblir l'exécutif", a estimé le locataire du perchoir. Un appel à la responsabilité repris dimanche par le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen. "S'il y a des gens qui ne se rendent pas compte des conséquences de leur geste ou, au contraire, en responsabilité, prennent la décision de ne pas voter un budget, ce qui est un acte majeur, cela mettra chacun face à ses responsabilités", a-t-il averti.

En coulisses, on relativise la fronde. En réalité, les barons de la majorité sont sereins. "Ils ont la certitude que les ruades d’une partie du PS du ne mettront pas en péril ces textes majeurs pour le gouvernement", souligne l'éditorialiste politique d'Europe 1 Caroline Roux. "On a avec nous le gros du bataillon socialiste, plus les radicaux, plus une partie des Verts", cela suffit pour aller au delà de la majorité", confie l'un d'eux à Europe 1. François Hollande lui-même a évoqué le sujet "frondeurs" avec humour il y a quelques jours : "je dis aux députés que je vois nuitamment cagoulé : dix milliards de plus pour les ménages, ça ne fera pas repartir la consommation …".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

ECONOMIE - Pacte de responsabilité - les discussions s'enlisent

EMPLOI - Pacte de responsabilité : les DRH n'y croient pas

ACTU - Budget : Paris se réjouit du "oui, mais" de Bruxelles

IMPÔTS - Réduction d'impôt : la mesure s'appliquera dans la durée