Entre Benoît Hamon et Yannick Jadot, des programmes plus que convergents

  • A
  • A
Entre Benoît Hamon et Yannick Jadot, des programmes plus que convergents
Partagez sur :

Les mesures que prônent le vainqueur de la primaire EELV et celui de la gauche sont très proches, ce qui facilite les discussions entre les deux camps.

Depuis le second tour de la primaire de la gauche, dimanche, Benoît Hamon et Yannick Jadot ont entamé des discussions en vue de la présidentielle. Ils ont déjeuné ensemble mardi midi et, de l'avis de l'entourage de Benoît Hamon, "cela s'est très bien passé et à l'évidence, les équipes vont se revoir." Côté EELV aussi, on indique que ce rendez-vous est un "point de départ", avec "d'autres étapes de clarification" à venir. Dans les deux camps, les discussions vont donc bon train, facilitées par la proximité de leurs programmes, convergents. Sortie du diesel, revenu universel, abrogation de la loi Travail... Europe 1.fr dresse les points communs et les différences entre Benoît Hamon et Yannick Jadot.

  • Économie : deux farouches opposants à la politique menée durant le quinquennat Hollande

Les deux candidats se retrouvent sur l'essentiel de leurs mesures, opposées à celles appliquées par le gouvernement depuis 2012. L'abrogation de la loi Travail et le refus du traité de libre-échange entre l'Europe et le Canada (dénommé Ceta) sont au coeur de leurs priorités. Ils se rejoignent sur la nécessité de ne plus rechercher à tout prix la croissance. "Il faut arrêter d'être dans le productivisme", entend-on chez le socialiste, alors que Julien Bayou, porte-parole d'EELV, estime que "Benoît Hamon est écolo-compatible quand il part du principe que nous nous dirigeons vers un monde post-croissance". Par ailleurs, les deux candidats sont tous les deux favorables à l'instauration d'un revenu universel.


  • Société : PMA, cannabis et euthanasie pour les deux candidats

Comme Yannick Jadot, Benoît Hamon souhaite ouvrir la procréation médicalement assistée (PMA) à toutes les femmes, légaliser l'euthanasie active et la consommation du cannabis. "Sur le libéralisme culturel, il y avait déjà de nombreuses convergences, même avant que le Parti socialiste ne se découvre écologiste", explique Daniel Boy, chercheur en écologie politique au Cevipof. 

  • Sécurité et international : convergences sur la Palestine, l'Otan ou la police

Dans ces deux domaines, peu abordés par les candidats, les rapprochements sont nombreux : ils veulent tous les deux reconnaître un État palestinien, rester dans le commandement intégré de l'Otan et rétablir la police de proximité. 

  • Écologie : de nombreux objectifs en commun…

Le candidat Benoît Hamon a fait de l'écologie un thème central pour séduire les électeurs de gauche à la primaire, et au-delà. "C'est habile de sa part, ça peut lui permettre de capter des voix", analyse Daniel Boy. Il s'est positionné pour la fin des pesticides dangereux, pour une taxe carbone européenne ou la réduction de la part du nucléaire dans le mix énergétique. Autant d'objectifs qui collent au programme écologiste de Yannick Jadot. La fin des travaux à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes est également souhaitée par les deux candidats.

  • … Mais quelques nuances sur les moyens.

Un même cap, mais deux manières légèrement différentes d'y parvenir. Pour Benoît Hamon, la sortie du diesel est ainsi envisagée pour 2025 s'il est élu, tandis que Yannick Jadot n'a pas de calendrier fixe sur ce point. Sur la part des énergies renouvelables, le socialiste est aussi plus ambitieux que l'écologiste, en visant le seuil de 50% du mix énergétique en 2025 quand Yannick Jadot veut atteindre 40% en 2030. "Aujourd'hui, nous sommes à 17% et on n'est pas parti pour arriver à 50% en 2025. Les choses sont plus vagues et moins chiffrées dans le programme de Benoît Hamon. Mais cela reste du vite fait", constate Daniel Boy.

  • Institutions : petits désaccords sur le septennat non renouvelable et la proportionnelle

Apparaissent ici les divergences les plus marquées entre les deux candidats : Benoît Hamon est favorable à un septennat non renouvelable pour le président de la République, proposition que ne porte pas Yannick Jadot. Ce dernier souhaite en revanche une proportionnelle intégrale aux élections législatives quand le socialiste n'est favorable qu'à une "dose" de proportionnelle.

Verdict : une base programmatique similaire. Si l'équipe de Benoît Hamon refuse de parler de "réunion de travail", les points communs sont nombreux entre les deux candidats, sur l'essentiel des grands thèmes de leur programme, notamment sur l'enjeu clé de la protection de l'environnement. De quoi laisser entrevoir pour Benoît Hamon des discussions bien plus simples avec Yannick Jadot qu'il ne pourrait en avoir avec les autres candidats de "gauche", Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron...