Législatives 2017 : revivez le jour d'après

  • A
  • A
Législatives 2017 :  revivez le jour d'après
@ AFP
Partagez sur :

Le mouvement présidentiel s'est imposé très largement au premier tour des législatives, suivi par Les Républicains, le FN et la France insoumise. Le PS, comme à la présidentielle, se voit relégué à la cinquième place.

Suivez le live
Cette page s'actualise automatiquement
21h19
Le 12 juin 2017
C'est la fin de ce live, merci de nous avoir suivis ! Rendez-vous dimanche prochain pour un nouveau direct et dès demain pour suivre l'actualité politique sur Europe 1 et Europe1.fr.
21h03
Le 12 juin 2017
Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) est "indispensable à l'Assemblée", selon Jean-Pierre Raffarin. "On a besoin de Nathalie. C'est une personnalité singulière dans notre vie politique. Son caractère, sa personnalité, ses compétences et son autorité sont importantes pour notre démocratie", a déclaré le sénateur LR de la Vienne, venu soutenir NKM dans la deuxième circonscription de Paris, où elle est en ballottage défavorable dans la 2e circonscription de Paris face à un candidat REM. 
20h57
Le 12 juin 2017

Le candidat FN Eric Dillies, éliminé au premier tour dans la première circonscription du Nord, votera pour... le candidat de La France insoumise dimanche prochain. "Je considère qu'envoyer un énième député" de La République en Marche, "ce n'est pas sain pour la démocratie et la république parlementaire. Je pense que la France a besoin d'avocats et non pas de procureurs", a expliqué Eric Dillies, chef de l'opposition FN à la mairie de Lille, qui a obtenu 10,89% des voix au premier tour.

Législatives : à Lille, le candidat FN appelle à voter pour le candidat LFI

POLITIQUE - "Envoyer un énième député" de REM, "ce n'est pas sain pour la démocratie et la république parlementaire", a justifié le candidat FN, qui a obtenu 10,89% des voix au premier tour.

 

 

20h34
Le 12 juin 2017
Après un premier tour des législatives très favorable à la République en marche!, de nombreux opposants politiques crient au "parti unique". L'opposition est-elle encore possible ?
20h31
Le 12 juin 2017
Thierry Solère, qui a recueilli 42,6% des voix au premier tour dans sa circonscription de Boulogne-Billancourt, s'attend à "une petite trentaine" de députés LR pro-Macron, a-t-il affirmé sur CNews. Et de se dire prêt à voter la confiance au gouvernement d'Édouard Philippe. "Si on ne vote pas la confiance, ça veut dire qu'on vote la défiance, ça veut dire qu'on cherche à faire tomber le gouvernement. Franchement, c'est des postures, moi je n'ai pas envie de faire tomber un gouvernement qui est légitime et que les Français ont choisi", a-t-il défendu.
 
20h25
Le 12 juin 2017
Au Bureau national du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, sévèrement battu dans la 16ème circonscription de Paris, a expliqué : "Si je suis allé au combat que je pressentais incertain, à partir du moment où j'avais un candidat écologiste face à moi et alors qu'Emmanuel Macron m'avait ciblé, c'est parce qu'un Premier secrétaire doit être digne dans l'épreuve et qu'il ne se dérobe pas devant le combat".
20h21
Le 12 juin 2017
Demain, l'invité de l'interview politique de Fabien Namias sera le chef de file des Républicains, François Baroin. Rendez-vous à 8h15 sur Europe 1.
20h01
Le 12 juin 2017
Arrivée deuxième dimanche, Myriam El Khomri (20,2%), candidate investie par le PS dans la 18e circonscription de Paris, a revendiqué lundi sur Twitter le "soutien officiel" d'Emmanuel Macron. "Merci au président de la République Emmanuel Macron de m'avoir confirmé sa confiance en m'apportant son soutien officiel pour ce second tour", a écrit l'ancienne ministre du Travail. Celle-ci affronte au second tour Pierre-Yves Bournazel (LR) (31,8% des voix au premier tour), lui-même soutenu par... le Premier ministre Edouard Philippe
 

19h39
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] - Tout le monde ne partage pas l'élan de pessimisme qui touche le Parti socialiste. Le PS "ne va pas mourir. Il vit une crise majeure, ce n’est pas la première fois. Le courant que représente le PS ne peut pas mourir comme ça. Ça ne peut pas aller ailleurs. C’est un courant ancré dans un combat historique", assure Julien Dray, porte-parole du PS pour la campagne législative, lui aussi invité du Club de la presse.  
 
19h37
Le 12 juin 2017

[ENTENDU SUR EUROPE 1] - "Les candidats (REM aux législatives) doivent leur élection au chef de l’Etat. Il y a envers eux une forme de reconnaissance et de discipline vis-à-vis de lui. Au-delà de l’institutionnel, il y a un lien de reconnaissance qui va s’instaurer", analyse François Patriat, porte-parole et membre de la Commission d'investitures d'En Marche, invité du Club de la presse. Ce dernier assure également avoir "examiné un par un" le profil de ces candidats.

19h28
Le 12 juin 2017
Le parquet annonce avoir ouvert une enquête lundi pour une suspicion de fraude électorale dans un bureau de vote de la circonscription du député PS sortant Patrick Mennucci, sans que cela ne remette en cause son élimination ni la qualification de Jean-Luc Mélenchon. Selon la mairie de Marseille, "une bagarre a éclaté à l'extérieur pour se poursuivre à l'intérieur du bureau de vote". "Un rapport a été établi et par la suite, des enveloppes ont été retrouvées avec un nombre de bulletins incorrect", a-t-on précisé de même source.
 
"Des instructions ont été données pour que les résultats (liés à ces bulletins) ne soient pas validés et ne soient donc pas pris en compte", poursuit la mairie. Patrick Mennucci a annoncé lundi après-midi avoir déposé plainte après avoir pris connaissance de l'affaire. "Une centaine de bulletins a été subtilisée", alors qu'une bagarre avait lieu dans le bureau, a-t-il déploré auprès de l'AFP. "Tout cela ne change rien, ça ne remet pas en cause l'ordre d'arrivée, mais il faut que ça s'arrête. Je suis en retraite de la vie politique, mais pas de la démocratie". Plus d'infos dans notre article :
 

Suspicion de fraude dans la circonscription de Mélenchon et Mennucci : enquête ouverte

POLITIQUE - Une bagarre a éclaté dans un bureau de vote de Marseille dimanche, avant que ne soit subtilisée "une centaine de bulletins de vote dans une enveloppe".
 
 
 

 

 
 
19h14
Le 12 juin 2017
Eric Bothorel, candidat dans la cinquième circonscription des Côtes-d'Armor après le décès de la députée PS Corinne Erhel, a reçu un "SMS touchant" de la part d'Emmanuel Macron après être arrivé en tête du premier tour dimanche (41,1%). "Félicitations Eric pour ce beau score. Il ne faut rien lâcher au second tour. J’ai une pensée pour Corinne. Elle est sûrement très fière de toi. Amitiés, Emmanuel Macron", a écrit le chef de l'Etat, comme le révèle France 3 Bretagne. Le président de la République s'était rendu aux obsèques de la députée à Lannion, le 10 mai 2017, deux jours après son élection.  
 

Législatives : le SMS touchant d'Emmanuel Macron envoyé à Eric Bothorel - France 3 Bretagne

France 3 BretagneEric Bothorel, le candidat de La République En Marche dans la 5ème circonscription des Côtes d'Armor a eu la bonne surprise de recevoir un SMS touchant d'Emmanuel Macron suite à son excellent score du premier tour des élections législatives.
19h03
Le 12 juin 2017
Maël de Calan, candidat LR opposé à une candidate de La République en marche (REM) au second tour des législatives, s'est affiché lundi avec le Premier ministre Edouard Philippe. Juppéiste comme Edouard Philippe, dont il est l'ami personnel, Maël de Calan, 36 ans, est arrivé deuxième dimanche dans la quatrième circonscription du Finistère, avec 28,52%, derrière la candidate REM Sandrine Le Feur (30,25%).
 
Sur son compte Twitter, le jeune espoir de la droite, en ballottage défavorable, a diffusé une photo de lui, en bras de chemise, au côté du Premier ministre d'Emmanuel Macron, lui aussi LR. Matignon a confirmé que les deux hommes s'étaient rencontrés mais seulement "à titre amical".
18h46
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] -  "À l'Assemblée nationale, il n'y aura pas d'opposition. Il va y avoir des voix isolées, mais c'est tout. La majorité des Républicains [...] et les quelques députés socialistes qui subsisteront sont Macron-compatibles", analyse sur Europe 1 notre éditorialiste Natacha Polony. "15 à 16% des inscrits vont se retrouver avec 400 sièges à l'Assemblée. Tous les autres ne seront pas représentés", poursuit-elle. Et d'enchaîner : "Cela prouve que notre système institutionnel est devenu complètement dingue". 
 
18h40
Le 12 juin 2017
Pour contrer son ennemi venu de son propre camp, il n'hésite pas à appeler à voter pour la concurrence. Patrick Balkany (LR), député sortant de la 5e circonscription des Hauts-de-Seine, a refusé lundi de soutenir le candidat investi par son parti, en appelant à voter pour la candidate République en Marche ! au second tour des législatives. Céline Calvez (REM), arrivée largement en tête au premier tour avec 41,7% des voix, "est une femme charmante", s'est justifié auprès de l'AFP Patrick Balkany, qui raillait pourtant récemment le parachutage de cette parisienne.  
 
"Il faut entretenir de bonnes relations avec le député de sa circonscription quand on est maire", poursuit le maire de Levallois. Quid de la discipline partisane ? "Je ne vois pas pourquoi je soutiendrais mon opposant de toujours, qui me critique, qui n'a aucun intérêt pour la ville", s'est-il ému, en faisant référence à Arnaud de Courson, pourtant investi par son parti LR (14,7% des voix au premier tour).
 
18h34
Le 12 juin 2017
"Ça fait 5 ans que je dis qu'on va dans le mur. Alors quand on va dans le mur, ça fait mal". Habitué des coups de gueule, Gérard Filoche s'est lancé dans une tirade pleine de rancœur contre la politique menée sous le quinquennat Hollande, lundi matin devant les caméras de Public Sénat.
 
"On pouvait changer à tout moment (…) On pouvait ne pas faire la loi El Khomri, on pouvait ne pas faire le CICE, on pouvait ne pas s’engluer dans la déchéance de nationalité. On avait tout, la gauche, en 2012, absolument tout ! On avait le Sénat, l’Assemblée nationale, les villes, les régions", déplore cette figure de l'aile gauche du PS. 
 
18h16
Le 12 juin 2017
Ils ne sont visiblement pas rancuniers. Malgré la brouille entre les deux formations, le Parti communiste a appelé lundi à voter pour les candidats de La France insoumise et des "forces de gauche" prêtes à s'opposer à la loi Travail ou à la hausse de la CSG, en plus de ses 14 qualifiés au second tour des législatives. "L'urgence est d'élire dimanche partout où ils sont présents au second tour des députés communistes et Front de gauche, des députés de La France insoumise et d'autres forces de gauche", a déclaré le PCF dans un communiqué. 
 
Un peu avant, la France insoumise avait aussi appelé ses électeurs à voter pour ses candidats qualifiés mais aussi ceux du parti communiste. "Nous appelons les électrices et les électeurs à donner le maximum d'élu(es) à une opposition écologique et sociale à l'Assemblée nationale", a indiqué dans un communiqué Martine Billard, animatrice du comité électoral national de La France insoumise. Et d'appeler à "voter pour toutes celles et ceux qui s'opposent à la loi Travail, à l'état d'urgence et au projet autoritaire et productiviste d'Emmanuel Macron". 
 
18h01
Le 12 juin 2017
[PAUSE LAB] - Personne ne le niera, la vague de la majorité présidentielle a bien submergé la carte électorale dimanche. Mais certaines circonscriptions sont passées entre les gouttes : 19 candidats LREM-MoDem ont été éliminés dès le premier tour, comme l'a constaté Le Lab, qui a une pensée pour ces "losers du jour". 
 

Les losers du jour : seuls 19 candidats LREM-MoDem sont éliminés dès le premier tour des législatives - Le Lab Europe 1

Seuls 19 candidats LREM-MoDem sont éliminés dès le 1er tour des législatives.
17h57
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] -  Pourquoi les "affaires" Ferrand et de Sarnez n'ont-elles pas influencé le résultat du premier tour des législatives ? Si les ministres ont réussi à se hisser en tête dans leurs circonscriptions respectives dimanche, c'est parce qu'ils ont largement été soutenus par leur camp, analyse notre journaliste David Doukhan.
 
 
17h44
Le 12 juin 2017
"L'électorat qui a voté dans la 2e circonscription de Paris aujourd'hui, dans le 6e arrondissement, le 5e et une partie du 7e, est à mes yeux à vomir. À vomir. Vous m'entendez bien ?", déclarait Henri Guaino, dimanche soir sur BFMTV. Comment réagissent les habitants des quartiers concernés ? Plutôt mal, en témoigne cette altercation filmée ce matin dans le 7e arrondissement de la capitale.
17h41
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] - ​Les potentiels futurs nouveaux entrants à l'Assemblée nationale sont-ils tous des novices de la politique ? Pas vraiment, selon notre chroniqueur Charles Villeneuve. 
 
 
17h37
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] - Entre 35 et 40% de femmes devraient être élues députées, selon les estimations. Parmi les candidates parvenues au second tour des législatives, on trouve l'ancienne ministre (PS) de la Santé, Marisol Touraine, arrivée en tête du premier tour avec près de 29% des voix. Pour notre chroniqueur Robert Namias, Marisol Touraine a le profil idéal pour accéder à la présidence de l'Assemblée nationale en cas de victoire au second tour. 
 

17h02
Le 12 juin 2017
Un chef de l'Etat qui vote par procuration, c'est visiblement impensable. A chaque scrutin, l'indispensable image du président de la République qui vote dans son "fief" fait le tour des télévisions. Tradition oblige, Emmanuel Macron a donc voté dimanche à la mi-journée dans la station balnéaire du Touquet (Pas-de-Calais) pour le premier tour des élections législatives. Le hic ? Le chef de l'Etat est arrivé le samedi depuis la Haute-Vienne, en Falcon. Le président venait, certes, d'Oradour-sur-Glane, à 654 km de là. Mais cela n'a pas empêché les internautes de railler un moyen de transport jugé disproportionné. Florilège : 
 

 

 

16h41
Le 12 juin 2017
Les députés battus sont-ils des chômeurs comme les autres ? Les réponses dans notre article ici : 
 

Législatives : à quoi ont droit les députés battus ?

POLITIQUE - Les députés sortants, qu'ils ne se représentent pas ou qu'ils soient battus aux élections législatives, ont droit à une allocation chômage dégressive pendant trois ans maximum.
16h25
Le 12 juin 2017
Simple acte de délinquance, ou action politique ? Sabine Thillaye, candidate de la République En Marche!, arrivée largement en tête du premier tour dans la 5e circonscription d'Indre-et-Loire, s'est faite voler les quatre pneus de sa voiture familiale, juste devant son domicile à Saint-Cyr, raconte lundi France Bleu Touraine.
16h01
Le 12 juin 2017
Zéro, pointé. Selon nos calculs, 91 candidats aux législatives n'ont récolté aucune voix dimanche. Ces petits candidats, sans parti pour les soutenir, se sont présentés sans étiquette, les plus souvent rangés dans la catégorie Divers, Extrême droite, Divers droite, Divers gauche, extrême gauche ou écologiste. Europe 1 s'est intéressé à eux.
 

Législatives : ces candidats qui n'ont pas reçu la moindre voix

POLITIQUE - Ils sont près d'une centaine à ne pas avoir récolté le moindre vote lors du premier tour des élections législatives, dimanche. Plusieurs raisons peuvent expliquer ces résultats.
15h37
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] - "Hier, le PS est mort. Ça sent la fin de CDD. On ne vous oubliera pas, on vous a déjà oublié". Anne Roumanoff préfère, elle, offrir un enterrement de première classe au Parti socialiste, dont le score au premier tour des législatives est plus de trois fois moins élevé qu'en 2012. 
15h25
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] - "Laissons s'exprimer la Brigitte qui sommeille en nous, et joignons nos voix cristallines aux concerts de louanges énamourées, qui saluent le moindre mouvement vers le haut d'un des auriculaires du quasi Kennedy que nous avons porté au pouvoir". Dans l'émission "ça pique mais c'est bon", l'humoriste Didier Porte salue à sa manière la victoire de la République en Marche! aux législatives. 
 
15h15
Le 12 juin 2017
Les Grandes Voix d'Europe 1 vous proposent un retour sur les élections législatives. Analyses, projections, décryptages... Rendez-vous sur l'antenne d'Europe 1 à partir de 17h avec Sonia Mabrouk ! 
 
15h08
Le 12 juin 2017
Effondrement des partis traditionnels, triomphe d'un mouvement qui a moins d'un an d’existence, élimination de nombreuses têtes d'affiche... Les experts sont unanimes : le scrutin de dimanche est inédit. Cette infographie réalisée par l'AFP le montre parfaitement. 
 
 
14h47
Le 12 juin 2017
POINT AUDIENCES - Le scrutin de dimanche a connu une abstention record côté urnes... et de faibles audiences côté télévision. Les émissions consacrées au premier tour des élections législatives ont peiné à attirer les téléspectateurs en comparaison avec l'élection présidentielle et au film "Les Bronzés" diffusé dimanche soir sur TF1, selon les chiffres de Médiamétrie.
 
France 2 s'en est la mieux tirée avec une moyenne de 4 millions de téléspectateurs entre 19h30 et 21h30. Sur TF1, la soirée électorale a réuni 3,6 millions de personnes en moyenne (avec un pic de 4,7 millions à 20h37), soit moins que le film culte "Les Bronzés" diffusé peu après 21h, qui a séduit près de 3,9 millions de spectateurs en  moyenne. A noter que France 2 a vu son audience chuter pour la deuxième partie de sa soirée électorale (entre 21h30 et 22h30), diffusée pendant "Les Bronzés", à 2,7 millions de spectateurs en moyenne.
 
France 3 a rassemblé pour sa part 1,8 million de téléspectateurs de 19h30 à minuit. De son côté, la chaîne d'info en continu BFMTV a rassemblé 674.000 spectateurs en moyenne de 18h à minuit, avec un maximum de 1.063.000 selon les chiffres cités par la chaîne, devant sa concurrente LCI qui revendique 145.000 téléspectateurs sur sa soirée spéciale (de 17h30 à minuit).
14h29
Le 12 juin 2017
Les responsables LR, réunis en bureau politique lundi, veulent "faire bloc" jusqu'à dimanche pour sauver le plus de sièges possibles à l'Assemblée. "Il faut éviter d'avoir une Assemblée monolithique", "nous sommes sur un chemin de crête avec deux versants nord", a affirmé François Baroin, chef de file LR pour les législatives, au cours de ce bureau politique qui a rassemblé au plus une cinquantaine de participants.
 
Le Bureau politique estime que le nombre de députés de droite sera compris dans une fourchette de "70 à 110 députés" (y compris les UDI). "C'est un séisme politique, une situation inédite sous la Ve République", a affirmé Bernard Accoyer, secrétaire général du parti. "La seule priorité jusqu'à dimanche est de soutenir nos candidats", a-t-il ajouté. Selon lui, "la question fondamentale sur l'attidude à adopter vis-à-vis d'Emmanuel Macron et de la confiance à accorder ou non au Premier ministre sera tranchée après les législatives".
14h01
Le 12 juin 2017
  
[PAUSE LAB"Pour les Marseillais, c’est presque pire d’être parachuté d’Aix que d’être parachuté depuis Paris". Jean-Luc Mélenchon, ancien sénateur de l’Essonne, député européen élu dans le Sud-Ouest et ex-candidat aux législatives à Hénin-Beaumont en 2012, parachuté à Marseille, n'a pas hésité, lundi à railler son adversaire au deuxième tour des législatives, Corinne Versini, pour son...parachutage. 
 
13h46
Le 12 juin 2017
Ces législatives ont été catastrophiques pour le Parti socialiste qui ne comptabilise que 9,5% des voix au premier tour. 70 de ses députés sortants ont déjà été éliminés. Parmi eux, des poids lourds, à commencer par l'ancien candidat à la présidentielle Benoît Hamon, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis,et la députée Aurélie Filippetti.
 
 
13h30
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Danielle Simonnet, candidate La France insoumise est remontée ! Lors du débat d'Europe Midi, elle a interpellé, le candidat La République en marche!, Sylvain Maillard : "Il ne faut pas laisser tous les pouvoirs à Emmanuel Macron et ses troupes. Ce qu'il prévoit de faire est catastrophique." 
13h24
Le 12 juin 2017
C'est l'heure du débat. Dans Europe Midi, ils sont cinq candidats à revenir sur les résultats du premier tour des élections législatives.
  • Sylvain Maillard, candidat REM dans la 1ère circonscription de Paris.
  • Jacques Myard, candidat LR dans la 5ème circonscription des Yvelines, député sortant.
  • Jérôme Rivière, porte-parole national FN pour les législatives, candidat FN dans la 6ème circonscription du Var.
  • Danielle Simonnet, candidate La France insoumise dans la 6ème circonscription de Paris
  • Luc Carvounas, porte-parole national PS pour les législatives, candidat PS dans la 9ème circonscription du Val-de-Marne.
13h11
Le 12 juin 2017
La droite a essuyé un sérieux revers lors du premier tour des élections législatives, dimanche. Selon les résultats définitifs, LR-UDI a réalisé 21,5 % des voix contre 27,1 % en 2012. Mais pas de quoi décourager certains élus Les Républicains qui ont visiblement passé leur deuxième partie de soirée devant Les Bronzés, qui était diffusé dimanche soir sur TF1…
12h59
Le 12 juin 2017
[PAUSE LABÉliminé dès le premier tour, le candidat FN dans la 6ème circonscription de Seine-Maritime, Nicolas Bay, va demander un recomptage des voix.
 
 
12h24
Le 12 juin 2017
Largement distancée dans la sixième circonscription du Rhône, Najat Vallaud-Belkacem refuse de baisser les bras. Dès dimanche soir, elle assurait qu'elle allait l'emporter, malgré ses 16,56% obtenus au premier tour face au candidat de la République en marche!, Bruno Bonnell, qui a lui recueilli 36,69% des suffrages. Mais parmi les supporters de l'ex-ministre de l'ducation nationale, on peine à maquer son pessimisme, selon ce reportage d'Europe 1. 
 
 

Najat Vallaud-Belkacem, en grande difficulté dans le Rhône, joue son va-tout

POLITIQUE - Najat Vallaud-Belkacem, candidate PS dans la 6ème circonscription du Rhône, est arrivée très loin derrière le candidat En Marche!. Mais l'ex-ministre veut encore y croire.
 
12h00
Le 12 juin 2017
[PAUSE LAB] En mauvaise posture dans sa circonscription parisienne, Nathalie Kosciusko-Morizet propose un programme commun avec La République en marche!.
 
 
11h41
Le 12 juin 2017
Le vice-président du FN Nicolas Bay, éliminé dimanche dans la 6ème circonscription de Seine-Maritime, a pointé lundi auprès du Parisien les dissension internes qui se sont fait sentir pendant la campagne, visant implicitement Florian Philippot. "Incontestablement, c'est une déception. Le tassement entre le score à la présidentielle et celui des législatives est plus fort que d'habitude", a-t-il relevé alors que le parti frontiste, finaliste de la présidentielle avec 21,30% des voix au premier tour, n'en recueille ici que 13,2%.
 
"J'ai été le premier à regretter que certains aient fait entendre des voix discordantes au sein du parti au lieu de se concentrer sur la campagne des législatives", a-t-il déclaré, estimant notamment que "l'euro fait effectivement partie des sujets très dissuasifs pour une partie de note électorat". Une manière de cibler Florian Philippot qui a fait de la sortie de l'euro son cheval de bataille.
 
11h13
Le 12 juin 2017
  
Sur les 577 circonscriptions de France, quatre d'entre elles ont déjà élu leur député :
 
10h57
Le 12 juin 2017
>>> Voici à quoi ressemble la carte du scrutin :
 
 
 
 
 
10h45
Le 12 juin 2017
[PAUSE LAB] Le gouvernement, qui n'a pas encore officiellement sa majorité, a peut-être déjà ses frondeurs. Invité de France Inter, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner a concédé lundi qu'au sein d'un très grand nombre d'élus issus de la société civile, il y aurait peut-être des voix discordantes avec celle de l'exécutif : "Evidemment que sur 400, vous pouvez avoir une, deux, trois personnes... Je suis incapable de dire devant vous ce matin, je vous mentirais, qu'il n'aura pas de frondeurs, que tout se passera bien, que ce sera merveilleux, on est dans le monde des bisounours". Sur France info c'est Laëtitia Avia, arrivée en tête dans la 8e circonscription de Paris qui, interrogée pour savoir si elle pourrait voter contre le gouvernement, répond : "Evidemment!"
 
 
 
10h29
Le 12 juin 2017
Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre de Jacques Chirac, a estimé que les législatives ressemblaient "à un énorme bing bang". Pour le Républicain, interrogé lundi sur RTL, la mise en place d'une très importante majorité dont la plupart des membres sont issus de la société civile va nécessiter un important travail de structuration. "Les gens nouveaux arrivent, il n'y a plus d'encadrement ni à gauche ni à droite, de nouvelles forces arrivent, [...] il n'y a pas d'organisation", a-t-il relevé. "Il va falloir structurer un parti qui n'existait pas et va devoir être au centre de la vie politique française".
 
 
10h14
Le 12 juin 2017
>>> Pour Antonin André, chef du service politique d'Europe 1, la vague En Marche! aux législatives signe le pari réussi du nouveau président de la République : 
 

Le label "La République en marche" était visiblement un sésame pour obtenir d'excellents résultats dans les urnes, dimanche. Ce premier tour des législatives est d'abord la victoire d’un homme, Emmanuel Macron.

Une ascension fulgurante. Il y a un an, En Marche! était un mouvement qui ne comptait que quelques milliers de fans sur Facebook. Aujourd'hui, c'est un parti de 250.000 adhérents. Emmanuel Macron est arrivé en tête au premier tour de la présidentielle, il a été largement élu au second, et dimanche soir, son parti est arrivé nettement devant ses concurrents dans une majorité de circonscriptions.

Un moment historique. C'est pour Emmanuel Macron que les électeurs ont voté, pas pour le candidat le plus souvent inconnu à côté sur les affiches électorales. Les Français ont voulu donner au président les moyens d'appliquer sa politique. On peut toujours pointer l'abstention ou le déséquilibre du régime présidentiel, cela reste un moment historique dans la politique française, un événement semblable à l'accession au pouvoir de la gauche en 1981.

Cette très large et incontestable victoire engage Emmanuel Macron, car l’espoir suscité est immense. Gare à ne pas décevoir.

09h54
Le 12 juin 2017
Repartir de zéro... Relégué à la cinquième place à l'élection présidentielle, Benoît Hamon n'a pas réussi à conserver la 11e circonscription des Yvelines aux législatives. Avec 22,59% des suffrages exprimés, le socialiste a été éliminé dès le premier tour. L'ancien frondeur, qui doit lancer son mouvement politique le 1er juillet, a fait part de son désarroi en postant lundi matin, sur Twitter, une capture de la toile du Titien, Sisyphe.
 
 
Dans la mythologie grecque, Sisyphe avait été condamné par les dieux a rouler jusqu'au sommet d'une montagne un rocher qui retombe perpétuellement. "Il n’est guère de passion sans lutte", relève Albert Camus dans Le Mythe de Sisyphe, estimant dans son essai que l'abattement ne doit pas être un frein à la joie de vivre.
 
09h44
Le 12 juin 2017
Rapports de force, comparaison avec les précédentes élections, projections... Europe 1 décrypte en infographies, avec l'AFP, les principaux chiffres du scrutin de dimanche :
09h28
Le 12 juin 2017
L'abstention historique qui caractérise cette élection est "un échec", reconnaît Christophe Castaner. "C'est un échec de cette élection, c'est un échec qui se répète hélas [...] je crois qu'effectivement il faut l'entendre, il faut redonner confiance", a déclaré le porte-parole du gouvernement sur France 2. Candidat dans la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence, le responsable gouvernemental à obtenu 44,04% des voix dès le premier tour.
08h59
Le 12 juin 2017
Gilbert Collard, proche de Marine Le Pen, ne s'octroie la tête du premier tour dans sa circonscription du Gard que d'une très (très) courte avance - 48 voix-, face à la candidate En Marche!, l'ex-torera Marie Sara.
 
 
08h52
Le 12 juin 2017
Avec 21,56% des suffrages exprimés dimanche, la droite a enregistré l'une de ses pires déroutes électorales à un premier tour d'élections législatives depuis 1958. Créditée de 80 à 132 circonscriptions ce serait une défaite historique sous la Cinquième République si cette estimation se confirmait à l'issue du second tour.
 
 
 
08h42
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] "Aujourd'hui, on a une chance historique dans un pays qui ne va pas bien […] pour arrêter les postures politiciennes. C'est ce que les Français attendent. Et si on ne le fait pas, on ne sera pas à la hauteur de l'histoire !", a déclaré Thierry Solère, candidat LR dans la circonscription de Boulogne-Billancourt, arrivé en tête dimanche avec 42,6% des voix, et considéré par l'exécutif comme Macron-compatible.
 
"Je ne suis pas engagé pour autre chose que pour le redressement de mon pays. Ça ne m'intéresse pas de rajouter des outrances aux outrances, des caricatures aux caricatures, de commenter pendant cinq ans les petites phrases de la petite phrase parce que je pense à l'élection d'après et pas à redresser le pays. C'est ça la nouveauté !", assure-t-il.
 
08h28
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Le président de la République est désormais sur le point de décrocher une très importante majorité, de quoi inquiéter de nombreux responsables politiques quant à la pérennité du débat démocratique. "Nous mesurons aussi la responsabilité qui est la nôtre. Nous n'oublions pas les 23% du premier tour […]. On n'oublie pas non plus les 50% du taux de participation, et donc les Françaises et les Français qui sont sur la réserve, qui s'interrogent", a assuré au micro d'Europe 1 Jean-Paul Delevoye, président de la Commission nationale d'investiture de La République en marche!.
 
08h18
Le 12 juin 2017
Finaliste de la présidentielle, le FN a été relayé à la troisième place dimanche, et réalise un score comparable à celui de 2012.
 
 
08h15
Le 12 juin 2017
"Un échec personnel pour Marine Le Pen"  >>> L'analyse d'Antonin André, chef du service politique d'Europe 1 :
 

Le résultat du premier tour des législatives signe une cuisante défaite pour le Front national. Le parti perd 8 points par rapport au score réalisé au premier tour de la présidentielle par Marine Le Pen, passant de 21% à 13%. Et même si Marine Le Pen paraît bien placée pour l'emporter dans la 11ème circonscription du Pas-de-Calais (46%), c'est d'abord un échec personnel pour la cheffe du parti.

Des semaines difficiles depuis le second tour. La rupture a vraisemblablement eu lieu lors du débat de l'entre-deux tours de la présidentielle face à Emmanuel Macron. Là, sa dimension présidentielle s'est brisée sur ses outrances et ses approximations sur le plan économique. Son propre camp l'avait critiquée, et l'ancienne candidate avait elle-même confessé un ratage. Depuis, Marine Le Pen a eu à encaisser le départ de sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, mais aussi la prise de distance de Florian Philippot.

Une crise majeure à venir. Résultat : une partie des électeurs du Front national s'est démobilisée. Ils doutent. Il y a quelques mois, ils voyaient encore le FN faire entrer 30 ou 40 députés dans l'hémicycle. Le résultat du premier tour des législatives, qui lui promet entre un et douze sièges seulement, leur prouve que ce sera loin d'être le cas. Pour la première fois depuis l'arrivée de Marine Le Pen à la tête du FN, le parti est en net recul. C'est là la première crise majeure que va devoir affronter la fille de Jean-Marie Le Pen. Une crise qui s'ouvrira réellement dès le lendemain du second tour des législatives, dimanche prochain.

08h00
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] "Il faut reconnaître qu'il y a une vague Macron, même si elle doit être tempérée par l'abstention", a concédé Florian Philippot, lundi, au micro de la matinale d'Europe 1.
 
"Nous pouvons avoir beaucoup plus de députés que ce qui a été annoncé", assure-t-il sans pour autant oser avancer un nombre. "Un maximum", insiste le vice-président du FN, lui-même arrivé en tête dans la 6e circonscription de Moselle (23,79%). "Nous avons 120 second tours, on en avait que 61 en 2012", veut-il rappeler.
 
Avec 13,20% des suffrages récoltés dimanche, le FN peut viser entre 1 à 12 sièges à l'Assemblée nationale, un nombre insuffisant pourtant pour constituer un groupe parlementaire.
 
07h47
Le 12 juin 2017
Eric Ciotti, secrétaire général adjoint Les Républicains, veut dénoncer les risques d'une majorité écrasante pour Emmanuel Macron. "J'appelle à la mobilisation de tous ceux qui refusent le parti unique", a-t-il déclaré dans un communiqué, après avoir obtenu 35% des suffrages dans sa circonscription des Alpes-Maritimes, ce qui le place en ballottage face à la candidate En Marche! Caroline Reverso-Meinietti (32,35%).
 
Refusant "de laisser les pleins pouvoirs à Emmanuel Macron", il assure faire "confiance aux Français pour rééquilibrer le résultat de dimanche prochain".
07h42
Le 12 juin 2017
[PAUSE LAB] "Big Bang", "OPA", "Macron en marche vers une majorité écrasante"... Le Lab fait le tour des Unes de presse ce matin après la vague En Marche!
 
07h37
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Pour Stéphane Le Foll, le bilan de François Hollande n'est pas à l'origine de la bérézina socialiste aux législatives. "Entre 2012 et aujourd'hui, la situation pour Emmanuel Macron est bien meilleure que celle que nous avons trouvée, et tant mieux !", a-t-il fait valoir au micro d'Europe 1.
 
07h29
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Un oiseau rare ! Stéphane Le Foll, ancien porte-parole du gouvernement, est l'un des seuls socialistes à être arrivé en tête au premier tour, dans sa circonscription  de la Sarthe.
 
"Dans ce contexte, arriver en tête après avoir été ministre, ce n'est pas ce qui est arrivé le plus souvent. Je ne vais pas parler de miracle non plus, il y a une histoire politique, ici, dans la Sarthe. Je n'avais pas non plus de candidat En Marche! [en face, ndlr], et je vois ce que ça représente dans beaucoup de circonscriptions", a-t-il réagi au micro d'Europe 1.
07h23
Le 12 juin 2017
Mise à mal par l'ouverture d'une enquête préliminaire dans l'affaire des assistants au Parlement européen, Marielle de Sarnez prend la tête du premier tour dans la 11e circonscription de Paris, avec 40,6% des suffrages. 
 
De quoi faire oublier les soupçons qui pèsent sur elle pour ses électeurs. William Galibert, journaliste au service politique d'Europe 1, est allé les interroger :
 
07h00
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] La vague Macron : "un phénomène inédit dans l'histoire politique internationale, pas seulement française !", avance Yves Thréard.
06h56
Le 12 juin 2017
[ENTENDU SUR EUROPE 1] Et si l'abstention pouvait aussi s'expliquer par la lassitude des Français devant un système électoral trop répétitif ? "La lassitude a sans doute joué, on en est au septième tour d'élection en sept mois si l'on compte les primaires. […] En plus, on le sait, depuis que les législatives sont juste après la présidentielle, il y a le sentiment pour un certain nombre de Français qu'il s'agit uniquement de confirmer, et que l'essentiel a été dit dans l'élection présidentielle", explique au micro de la matinale d'Europe 1 Edouard Lecerf, directeur des activités Politique et Opinion chez Kantar Public. 
07h10
Le 12 juin 2017
Les électeurs étaient (très) peu mobilisés dimanche. Et si la majorité absolue était celle des abstentionnistes ?
 
 
06h50
Le 12 juin 2017
La chancelière allemande a félicité le président de la République pour le score de son mouvement dimanche, par la voix de son porte-parole. "Chancelière #Merkel : Mes félicitations sincères à @EmmanuelMacron pour le grand succès de son parti au 1er tour. Un vote pour des réformes", a tweeté le porte-parole d'Angela Merkel, Steffen Seibert.
 
06h42
Le 12 juin 2017
Ils étaient sur la sellette. La règle édictée par Emmanuel Macron est claire : un ministre candidat qui n'a pas réussi à se faire élire devra quitter le gouvernement. Bruno Le Maire, Christophe Castaner, Marielle de Sarnez, Richard Ferrand et Mounir Mahjoubi se sont qualifiés pour le second tour avec une avance confortable. Mais la situation est plus tendue pour Annick Girardin, la ministre des Outre-Mer.
 
06h34
Le 12 juin 2017
[PAUSE LAB] Le Lab' d'Europe 1 dégaine le Requiem de Mozart pour évoquer ces députés socialistes, pour la plupart ténors du parti, qui n'ont pas réussi à franchir la barre du premier tour dimanche.
 
Après une présidentielle couperet, le PS a essuyé une lourde défaite au premier tour des législatives, et pourrait obtenir moins de quarante sièges à l'Assemblée le 18 juin, en dessous du seuil historique de 1993, où ils n'avaient été que 57 à rentrer au Palais Bourbon.
 
06h17
Le 12 juin 2017
Demandez le programme ! Ne manquez pas notre matinale spéciale, à partir de 6h30. 
 
Les invités :
 
  • 6h45 Edouard Lecerf, directeur des activités Politique et Opinion chez Kantar Public (ex TNS Sofrès) 
 
  • 7h15 : Stéphane Le Foll, député et candidat (PS) dans la 4circonscription de la Sarthe
 
  • 7h45 : Florian Philippot, vice-président du Front National, candidat dans la 6e circonscription de Moselle 
 
  • 8h15 : Fabien Namias interviewe Jean-Paul Delevoye, président de la Commission nationale d'investiture de La République en marche (direct studio) puis Thierry Solère, député et candidat (LR) dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine (direct studio).
 
À partir de 9 heures, Fabien Namias, Antonin André, Daniel Cohn-Bendit et Edouard Lecerf débriefent ce premier tour des législatives et répondent à vos questions !
 
Ne manquez pas non plus les reportages de nos correspondants dans les différentes circonscriptions. Ça se passe sur notre antenne.
06h08
Le 12 juin 2017
Pour rappel, voici les résultats définitif du premier tour, communiqués par le ministère de l'Intérieur :
 
1. La République en marche! : 32,32% (entre 390 et 445 sièges)
2. Les Républicains et ses alliés UDI-DVD : 21,56%  (entre 80 et 132 sièges)
3. Le Front national : 13,20% (entre 1 à 12 sièges)
4. La France insoumise : 11,02% (entre 11 à 23 sièges avec le PCF )
5. Le Parti socialiste et ses alliés radicaux : 7,91% (entre 15 à 40 sièges)
6. Les listes écologistes : 4,30%
7. PCF : 2,7 %
8. Debout la France : 1,2%
9. Extrême gauche : 0,8%
 
Une abstention record.  Les électeurs ont très largement boudé les urnes dimanche à l’occasion de ce premier tour des législatives, avec 51,29% d'abstention. L’abstention dépasse ainsi la barre symbolique des 50%, et atteint un taux record sous la Cinquième République. 
 
 
 
 
05h43
Le 12 juin 2017

Bonjour à tous et bienvenue dans la suite de notre live 40 heures non-stop spécial législatives !  Résultats, interviews, décryptages... La rédaction d'Europe1.fr se mobilise pour vous faire vivre en direct cet après premier tour des élections législatives.

Et ne manquez pas, sur notre antenne, notre matinale spéciale élections à partir de 6h30.

LE 40 HEURES NON STOP DES "LEGISLATIVES"

La République en marche!, le mouvement d'Emmanuel Macron, est arrivé très largement en tête du premier tour des législatives dimanche soir, avec 32,32% des suffrages exprimés, selon les résultats définitifs communiqués par le ministère de l'Intérieur. Avec 21,56% des voix, l’alliance de droite LR-UDI-DVD sauve les meubles. En troisième position, le Front national (13,20%) suivi par la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon (11,02%). Après la sanction de la présidentielle, le Parti socialiste continue de dévisser et termine en cinquième position, sous la barre symbolique des 10% (9,51%).

Une abstention record. Selon ces premiers chiffres, le président de la République pourrait tabler sur 400 à 455 des 577 sièges de l'Hémicycle, de quoi approcher le record établi en 1993 par l'Union pour la France de Jacques Chirac qui avait raflé 472 circonscriptions, et ainsi s'assurer une majorité écrasante. Néanmoins, l’abstention a atteint le niveau record de 51,29 % dimanche. Un taux encore jamais vu sous la Cinquième République pour des élections législatives.