Emmanuelle Cosse : "Les camps de migrants, ce n'est pas la solution"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

RÉACTION - Après l'annonce de la construction d'un camp humanitaire à Paris, Emmanuelle Cosse a souligné qu'elle était "prête à travailler" avec Anne Hidalgo. Mais qu'il fallait trouver des solutions plus pérennes.

INTERVIEW

"Cela fait des mois que l'État prend ses responsabilités." Pas question, pour Emmanuelle Cosse, de se laisser doubler par la mairie de Paris dans la prise en charge des migrants. La ministre du Logement a tenu, jeudi sur Europe 1, à rappeler les actions du gouvernement en la matière. Deux jours plus tôt, la maire de Paris, Anne Hidalgo, avait annoncé la construction d'un camp de migrants dans la capitale. Une initiative prise indépendamment du gouvernement.

"Pas de concurrence d'engagement". "Depuis juillet 2015, nous avons relogé 8.500 personnes migrantes qui étaient à la rue à Paris", a rappelé Emmanuelle Cosse. "Il n'y a pas de concurrence d'engagement. Je suis prête à travailler avec tous les maires qui veulent avancer." Néanmoins, la ministre du Logement a adressé quelques piques à Anne Hidalgo, indiquant par exemple qu'il n'était pas de son ressort de "faire de la communication". L'écologiste a également souligné que "les camps, ce n'est pas la solution" à la crise des réfugiés. "La solution, c'est que les gens soient accueillis partout, dans des conditions pérennes, et qu'ils puissent s'insérer dans le pays."

"Ça va mieux" sur le front du logement. Par ailleurs, Emmanuelle Cosse s'est félicité des derniers chiffres du logement, positifs après des années difficiles. "Il faut poursuivre", a t-elle déclaré. "Ça va mieux sur le terrain." Selon elle, la reprise "est faite par plusieurs dispositifs lancés l'année dernière", comme le prêt à taux zéro pour aider les primo-accédants ou le dispositif Pinel, "qui sera prolongé jusqu'à la fin 2017". Néanmoins, il reste encore à accélérer le mouvement. Le ministère juge en effet qu'il faut "à peu près 500.000 logements par an pour rattraper notre retard", a précisé Emmanuelle Cosse. "Aujourd'hui on est plutôt sur une tendance à 400.000."