Emmanuel Macron : "je ne suis pas un élément de continuité" du quinquennat Hollande

  • A
  • A
Emmanuel Macron : "je ne suis pas un élément de continuité" du quinquennat Hollande
L'ancien ministre ne veut pas se poser comme un "élément de continuité" du quinquennat.@ Lionel BONAVENTURE / AFP
Partagez sur :

Lors de la présentation de son programme à la presse jeudi, Emmanuel Macron a martelé qu'il n'était pas dans "la continuité" du quinquennat de François Hollande.

Emmanuel Macron a assuré jeudi qu'il n'était pas un "élément de continuité" du quinquennat de François Hollande, une critique récurrente de la part de ses adversaires. "Il ne m'appartient pas de définir le hollandisme car son principal auteur s'est refusé à le définir lui même", a-t-il souligné lors de la présentation de son programme, rappelant qu'il avait été le conseiller puis le ministre du chef de l'Etat. "Je prends toutes mes responsabilités. Quand j'ai été ministre de la République, les réformes que j'ai pu porter je les assume pleinement, bonnes ou mauvaises", a ajouté le candidat à la présidentielle en réponse à la question d'un journaliste.

"Des désaccords qui m'ont conduit à être candidat". "J'ai eu des désaccords stratégiques avec le président qui m'ont conduit à lancer un mouvement politique nouveau, ensuite à quitter le gouvernement, à démissionner de la fonction publique et à être candidat à la présidence de la République", a expliqué l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée. "Si j'étais dans un projet de continuité, je n'aurais pas pris tous ces risques, ni décidé d'endosser tous ces ennuis", a-t-il fait valoir. "Je crois être un esprit rationnel, si j'étais convaincu de la continuité, je n'aurais pas fait tout ce chemin", a martelé le candidat d'En Marche !. 

"Du respect pour le président et pour l'homme". "C'est un projet qui assume ce qu'il est, qui veut retrouver l'esprit de conquête de la France, qui dit dès le début ce qu'il veut faire, qui prend des mesures et décisions radicales, qui ne cherche pas des compromis imparfaits entre ces objectifs multiples", a décrit Emmanuel Macron, dans une critique en filigrane de la méthode de François Hollande. "Pour autant, vous ne trouverez pas chez moi la volonté de critiquer ce qui a été fait durant ce quinquennat : j'ai du respect pour le président de la République en tant qu'institution et j'ai du respect pour l'homme qu'est François Hollande", a assuré Emmanuel Macron. "Beaucoup de décisions prises (depuis 2012) en matière de sécurité, en matière économique et sociale ont été de bonnes décisions", a dit Emmanuel Macron, regrettant toutefois un défaut "d'explication".