Edouard Philippe Premier ministre ? "Il est l’un de ceux qui correspondent au profil défini", répond Benjamin Griveaux

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour le porte-parole d'En Marche!, le maire du Havre recoupe les qualités exigées par Emmanuel Macron pour diriger le prochain gouvernent.

INTERVIEW

Emmanuel Macron doit nommer lundi son chef de gouvernent. Edouard Philippe, maire LR du Havre, fait figure de favori parmi les éventuels postulants dont les noms circulent dans la presse. "Il est l’un de ceux qui correspondent très clairement au profil défini", souffle Benjamin Griveaux, porte-parole d'En Marche! au micro de la matinale d'Europe 1. Ce proche d'Emmanuel Macron accorde au Républicain "des compétences et des qualités reconnues", à savoir une "expérience parlementaire".

"Il y a en a d’autres qui correspondent à ce profil, mais il en fait parti", répète-il, tout en avouant avoir reçu du nouveau président le nom du prochain locataire de Matignon, dont il refuse pourtant de dévoiler l'identité. "Ce sera au président de l’annoncer, dans la matinée ou dans la journée".

"Réunir des qualités". Le nouveau président de la République et le maire du Havre "se connaissent et ils s’apprécient pour leur honnêteté intellectuelle, et leur rigueur l’un et l’autre", ajoute encore Benjamin Griveaux à propos d'Edouard Philippe. Pour cet ancien conseiller municipal, le choix du Premier ministre correspondra à la volonté du nouveau président de dépasser les clivages partisans. "Il ne faut pas résonner en terme de gauche et de droite, c’est ce qui nous a réussi dans l’année qui vient de passer. L’idée, c’est de réunir des qualités - avoir un passé parlementaire car il faut connaître le Parlement -, mais il faut surtout avoir une démarche en rupture avec le monde ancien. [...] Le renouvellement est l’un des éléments centraux du message qu’ont adressé les Français dans les urnes".


Un gouvernement de personnalités progressistes. La nomination d'un Premier ministre de droite pourrait permettre à Emmanuel Macron d'obtenir des ralliements issus des rangs LR après avoir reçu le soutien de nombreux socialistes. De quoi, peut-être, constituer un gouvernement où responsables de droite et de gauche occuperaient une part égale ? "Il faut des personnes qui embrassent le projet progressiste établi par Emmanuel Macron, dès le lancement du mouvement, que l’on retrouve dans le programme qu’il a présenté au Français et sur lequel il a été élu", répond laconiquement Benjamin Griveaux.