Dépénalisation du cannabis : "Ce n'est pas sérieux ! ", s'agace Samia Ghali

  • A
  • A
Partagez sur :

Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Jean-Marie Le Guen, propose au PS d'ouvrir un débat sur la fin de la prohibition du cannabis.

La proposition de Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, de rouvrir le débat sur la dépénalisation du cannabis n’a pas manqué de faire bondir au sein même du camp socialiste. "En aucun cas, ça (la dépénalisation) ne résoudra la problématique du trafic, bien au contraire, ça ne fera que la développer", a ainsi estimé au micro d’Europe 1 la sénatrice PS des Bouches-du-Rhône Samia Ghali. "Il faut savoir que, dans le cannabis, il y a plusieurs niveaux de puissance. Ceux qui viennent chercher ce cannabis-là dans les quartiers, justement pour la puissance qu’il procure, je ne pense pas qu’ils s’accommoderont du cannabis qu’on aura au supermarché ou dans certains bars-tabacs", analyse celle qui est aussi maire du 8ème arrondissement de Marseille. "Et on fera quoi demain ? On légalisera la cocaïne et les armes parce qu’on n’arrive pas à endiguer le trafic d’armes ? Ce n’est pas sérieux !"

"Débat sur la fin de la prohibition". Jean-Marie Le Guen considère que l’interdiction du cannabis ne fait pas diminuer la consommation, la France étant l’un des plus gros consommateurs en Europe. Sur BFM TV, le secrétaire d'Etat a demandé aux socialistes d’ouvrir "un débat sur la fin de la prohibition", arguant notamment que les produits "distribués par le trafic sont plus dangereux" pour la santé. Jean-Marie Le Guen, médecin de profession, évoque notamment la possibilité d'une levée partielle de l’interdiction de consommer chez les plus de 21 ans, et un renforcement des contrôles dans les fonctions à risques, comme la conduite ou la pratique de la médecine.