David Rachline : le FN "soumettra la sortie de l'euro à un référendum"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

LA MÉTHODE DOUCE - Le sénateur frontiste du Var a promis, lundi sur Europe 1, que son parti consulterait les Français sur la question de l'abandon de l'euro.

INTERVIEW

"Lorsque j'entends que le FN veut sortir brutalement de l'euro, c'est faux." David Rachline, maire frontiste de Fréjus, dans le Var, a rappelé que son parti désirait, pour la France, une sortie concertée de la zone euro. "On souhaite évidemment négocier avec nos partenaires [européens], dès que nous prenons le pouvoir", a t-il expliqué sur Europe 1 lundi. "L'objectif, c'est de retrouver la compétitivité, de forcer les banques à financer nos PME, d'avoir la maîtrise du système bancaire."

Faire preuve de pédagogie. Assurant que la sortie de l'euro "prendra le temps qu'il faudra", le sénateur du Var a promis que le Front national "soumettra[it] cette question à un référendum". Preuve que le Front national est bien décidé à faire montre de plus de pédagogie autour cette mesure. "Il va falloir montrer que nos propositions sont raisonnables et pas excessives", a résumé David Rachline. La sortie de l'euro, au cœur du programme du parti depuis la campagne de 2012, effraie en effet beaucoup d'électeurs potentiels, notamment chez les CSP+ et les retraités. Des divisions se font donc jour au sein du Front national entre ceux qui voudraient cesser de mettre l'accent sur cette mesure et ceux qui en font un cheval de bataille, à l'instar du vice-président, Florian Philippot.

"Maturité politique". Ce sont précisément ces divisions que le parti de Marine Le Pen, réuni en séminaire de travail de vendredi à dimanche, a dû examiner. "C'est une preuve de maturité politique. Cela veut dire qu'on est capables de se réunir et de réfléchir", a noté David Rachline. "A nous de montrer que nous souhaitons une France apaisée, le rassemblement des Français. A nous de montrer que c'est par le programme du Front national qu'on redressera la France."

>>Retrouvez l'interview de David Rachline en intégralité :