Ces (rares) politiques contre les JO 2024 à Paris

  • A
  • A
Ces (rares) politiques contre les JO 2024 à Paris
@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

EXCEPTIONS - Jean-Luc Mélenchon et les écologistes viennent écorner un consensus droite-gauche sur le sujet.

Top départ. La ville de Paris a officialisé mardi sa candidature aux Jeux olympiques 2024. Le début d'un long marathon qui verra la capitale affronter Hambourg, Boston ou encore Rome. Premier bon point pour les partisans de cette candidature : leur initiative fait la quasi-unanimité dans la classe politique… à quelques exceptions près.

La droite et le FN sont pour. La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a fini par se rallier - malgré ses réserves initiales - au projet Paris 2024. L'exécutif, que ce soit François Hollande ou Manuel Valls, soutient aussi cette candidature. La droite est raccord : le groupe UMP au Conseil de Paris a d'ailleurs voté en ce sens en avril. Invité d'Europe 1 mardi, François Fillon a estimé que "ce serait une excellente chose que Paris ait les Jeux olympiques". Même au Front national, on est pour. Florian Philippot, vice-président du parti, s'est dit "favorable" à la candidature parisienne, mardi sur RMC, car il s'agit d'une "belle aventure nationale" selon lui.

Mélenchon grogne… L'unanimité n'est toutefois pas parfaite, puisque quelques-uns ronchonnent. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon ne cache pas son hostilité. "Je suis contre, bien sûr", a lancé l'eurodéputé sur RTL mardi. Pour lui, "ça représente des dépenses considérables, un haut niveau d'endettement" et "des grands travaux inutiles". Le cofondateur du Parti de gauche cite le cas grec en contre-modèle : "je me permets de faire remarquer que la Grèce a eu la sottise, sous un gouvernement de droite, d'accueillir les Jeux olympiques" en 2004. Résultat : "aujourd'hui, on peut visiter des ruines remplies d'herbes des stades et des hôtels", a assuré Jean-Luc Mélenchon.

...les écologistes aussi. Chez Europe Ecologie-Les Verts aussi, la candidature aux JO se heurte à un mur. La fédération EELV d'Ile-de-France a émis en mai un avis négatif sur l'initiative, au motif que "certains impacts néfastes majeurs" sur l'environnement sont à prévoir. En avril, les élus écologistes au Conseil de Paris avaient voté contre la candidature, regrettant son coût élevé, mais aussi l'absence d'"une grande consultation citoyenne".