Barbara Pompili : "La déchéance pour tous, mais pas de nationalité"

  • A
  • A
Partagez sur :

La coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale s'est prononcée contre l'extension de la déchéance de nationalité, vendredi au micro d'Europe 1.

INTERVIEW

Barbara Pompili s'est élevée contre l'extension de déchéance de nationalité aux terroristes binationaux. Selon la coprésidente du groupe écologiste à l'Assemblée nationale, invitée d'Europe 1 vendredi, cette mesure, que François Hollande souhaite inscrire dans son projet de loi de réforme constitutionnelle, induit une inégalité entre les citoyens.

"Une déchéance qui touche tout le monde". "Quand on veut s'attaquer à la France et ses valeurs, on ne mérite pas de garder ses droits", a expliqué Barbara Pompili. "Je suis pour un symbole, pour une déchéance, mais qui touche tout le monde. La déchéance pour tous, mais pas de nationalité." La députée de la Somme pourrait donc être plutôt favorable à une "déchéance de citoyenneté", qui consiste à priver les personnes condamnées pour terrorisme de leurs droits civiques, notamment ceux de vote et d'éligibilité. Une option que pourrait également soutenir le Parti socialiste à l'issue de son bureau national prévu lundi prochain. 

Travailler à un compromis. "On essaie de travailler à un compromis pour que le symbole que veut envoyer le chef de l'Etat soit entendu", a indiqué Barbara Pompili. Trouver un terrain d'entente amènerait probablement l'élue à voter en faveur du projet de loi constitutionnel du gouvernement. "La révision de la Constitution comporte aussi la constitutionnalisation de l'état d'urgence, et j'y suis favorable", a t-elle en effet indiqué.

Le groupe écologiste divisé. Le reste du groupe écologiste à l'Assemblée apparaît divisé sur la déchéance de nationalité. Cécile Duflot s'est clairement prononcée contre, estimant sur Europe 1 que ce serait "une faute". François de Rugy, lui, s'est dit "plutôt prêt" à voter la mesure. Quant à Jean-Vincent Placé, il a probablement été le plus éloquent partisan de ce "symbole fort", qu'il a même proposé d'étendre à tous les Français. Pour Barbara Pompili néanmoins, "ce débat en éclipse d'autres plus importants". "Il y a aussi des mesures pragmatiques à prendre" pour assurer la sécurité du pays, a estimé la députée.

>>Retrouvez l'interview de Barbara Pompili en intégralité


Scandale Renault, agressions sexuelles en...par Europe1fr