Après "la destruction du code du travail", Mélenchon prédit "la destruction de l'Ecole"

  • A
  • A
Après "la destruction du code du travail", Mélenchon prédit "la destruction de l'Ecole"
"Son intention est claire : il veut remettre en cause le Code du travail et dans un sens qu'on connaît". @ Capture d'écran YouTube.
Partagez sur :

Il a rappelé que le nouveau ministre de l'Education avait décrit "sa doctrine à propos de l'école" dans un livre.

Jean-Luc Mélenchon a estimé mercredi qu'"après la destruction du Code du travail", menée selon lui par Emmanuel Macron, interviendrait "la destruction de l'Ecole" aux mains d'un ministre selon lui "idéologue de la droite" en matière d'éducation.

Référence à son livre. "Que va faire (Jean-Michel) Blanquer? (...) Son intention n'est pas de multiplier les enseignants dans les classes, il en a supprimé 80.000", pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, a déclaré le candidat de La France insoumise (LFI) dans le 4e circonscription des Bouches-du-Rhône au micro de RTL. "Sans faire de procès d'intention, (je suis) en état de pouvoir vous dire qu'il a l'intention de continuer", a-t-il affirmé, rappelant que le nouveau ministre de l'Education avait décrit "sa doctrine à propos de l'école" dans un livre.

Interrogé sur le "césarisme". "C'est l'idéologue de la droite : il pense que les écoles doivent se gérer comme des entreprises, que le chef d'établissement doit choisir le personnel et fixer la paye", a-t-il ajouté, précisant : "ce n'est pas l'idée que je me fais de l'école républicaine". Interrogé sur le terme de "césarisme" qu'il a utilisé pour qualifier le couple exécutif, Emmanuel Macron et Edouard Philippe, Jean-Luc Mélenchon a expliqué qu'il décrivait "un moment politique où le leader choisi essaie de s'élever au dessus des factions et de les juguler toutes".

Dialogue "assez formel". "C'est ce qu'il est en train de faire en détruisant les deux partis traditionnels de la vie politique française, Les Républicains et le Parti socialiste, pour créer une force dont il espère qu'elle soit en état de nous imposer à tous ses vues", selon lui. A propos du dialogue qu'Emmanuel Macron a entamé mardi avec les organisations syndicales et patronales sur sa réforme du Code du travail, l'ancien candidat à la présidentielle a estimé qu'il était selon lui "assez formel".

"C'est du plus plus loi El Khomri". "Son intention est claire : il veut remettre en cause le Code du travail et dans un sens qu'on connaît, c'est du plus plus loi El Khomri, c'est toute une philosophie qui veut que la loi recule devant le contrat et que le contrat soit négocié de gré à gré dans l'entreprise", a-t-il dénoncé.