Affaire Fillon : une tribune en préparation pour proposer Juppé en recours

  • A
  • A
Affaire Fillon : une tribune en préparation pour proposer Juppé en recours
Alain Juppé a répété qu'il ne servirait pas de plan B à François Fillon@ PATRICK KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Une tribune signée par plusieurs dizaines de députés LR et appelant au retour d'Alain Juppé est en cours de préparation, selon un élu de droite. 

Alain Juppé l'a répété, il ne sera "définitivement" pas candidat à la présidence à la place de François Fillon, empêtré dans l'affaire de soupçons d'emplois fictifs concernant son épouse. Mais d'après le député Philippe Gosselin, une tribune "est en cours de finalisation" et appelle le maire de Bordeaux à faire son retour dans la partie. Selon l'élu de la Manche, la tribune est "prête à être signée par plusieurs dizaines de députés". Néanmoins, il a précisé sur RMC jeudi matin, qu'il n'y a pour l'heure "aucune date de sortie, car les choses doivent se faire naturellement".

Une question de "crédibilité". Mercredi, le soutien d'Alain Juppé avait lancé un appel au maire de Bordeaux "pour qu'il réfléchisse, pour qu'il se tienne prêt le cas échéant". Alain Juppé avait toutefois redit mercredi soir qu'il ne comptait pas servir de plan B. Alors que de nouvelles révélations viennent fragiliser François Fillon et sa candidature à la présidentielle, Philippe Gosselin estime qu'on "ne peut pas simplement considérer les choses légalement ou judiciairement, il y a une question politique de crédibilité qui se pose".

Gosselin ne veut pas "ennuyer" Fillon. Pour le député, "gouverner c'est prévoir", et "ce n'est pas faire offense à François Fillon que de lui dire 'écoute, il faut qu'on prépare autre chose' et je crois que s'il y a besoin, et j'espère que nous n'aurons pas besoin, nous devons être prêts". Malgré les appels du pied vers Alain Juppé, Philippe Gosselin assure à François Fillon : "je ne cherche pas à l'ennuyer, à le bloquer ou à le déstabiliser" mais "les événements et les faits s'accumulent tous les jours", et "ça jette le doute", s'inquiète-t-il.