Affaire Cahuzac : Hollande va répliquer

  • A
  • A
Affaire Cahuzac : Hollande va répliquer
@ Reuters
Partagez sur :

Ebranlé par le scandale Cahuzac, François Hollande prépare des mesures choc.

L’INFO. François Hollande est à la manœuvre. Pressé de toutes parts de prendre une initiative forte après le séisme de l'affaire Cahuzac, le président de la République prépare activement des mesures choc de moralisation de la vie politique pour tenter de sortir par le haut du premier scandale de son quinquennat. D’autant que ce scandale qui pourrait prendre une plus grande ampleur, alors que la télévision publique helvétique (RTS) a assuré dimanche que l'ex-ministre délégué au Budget aurait en fait cherché à placer 15 millions d'euros en Suisse en 2009.

>> A LIRE AUSSI : Cahuzac aurait tenté de placer 15 millions

Hormis son déplacement de quelques heures samedi dans son fief de Tulle, le président de la République a donc passé le week-end à travailler et à consulter tous azimuts, en contact étroit avec les équipes de Matignon et du ministre chargé des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies. Les réunions ont donc succédé aux réunions à l'Elysée.

# La méthode : élaborer une loi. Pour les équipes gouvernementales, l’objectif est d’élaborer le plus rapidement possible un projet de loi sur la base des mesures qu'il avait annoncées mercredi au lendemain de la mise en examen de son ex-ministre du Budget : réforme du Conseil supérieur de la magistrature pour "renforcer l'indépendance de la justice", lutte "impitoyable" contre les conflits entre intérêts publics et privés avec la "publication et le contrôle" du patrimoine des ministres et parlementaires, "interdiction de tout mandat public" pour les élus condamnés pénalement pour fraude fiscale et corruption.

>> A LIRE AUSSI : Hollande prend trois décisions

# L'objectif : concocter des mesures radicales. "L'idée, c'est de sortir un texte de loi très fort pour juguler" la crise provoquée par cette affaire, affirmait dimanche l'Elysée indiquant sans plus de précisions que "plusieurs pistes sont à l'étude". "On n'est pas en cellule de crise du matin au soir" mais "le président est déterminé à ce que des mesures radicales soient prises rapidement", précisait un conseiller du chef de l'Etat.

Pour ce "choc de moralisation", l'exécutif pourrait, selon les informations d'Europe 1, choisir d'interdire à tout parlementaire d'exercer une activité professionnelle pendant son mandat. Une autorité administrative indépendante, chargée de vérifier et de contrôler les revenus et les patrimoine des élus, pourrait aussi voir le jour. Enfin, des peines d'inéligibilité, non pas à vie, mais proportionnelles à la faute, avec des seuils de 5, 10 et 15 ans, sont également à l'étude.


# Le timing : la volonté d’agir vite. A Matignon, "tout le monde est à fond pour produire un texte le plus rapidement possible", indiquait un conseiller. Des propositions pourraient ainsi être annoncées dès mercredi à l’occasion d’une communication lors du Conseil des ministres. Il faut faire vite, avant le 6 mai, date anniversaire de l’arrivée de François Hollande à l’Elysée.