À l'Assemblée nationale, François Ruffin (LFI) se paiera au Smic et sera "un gros bosseur"

  • A
  • A
À l'Assemblée nationale, François Ruffin (LFI) se paiera au Smic et sera "un gros bosseur"
François Ruffin assure qu'il votera en toute indépendance à l'Assemblée nationale@ FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Partagez sur :

Parlant de son élection comme d'un "miracle", le réalisateur de "Merci patron !" a estimé que "c'est le travail de terrain qui a payé".

Le réalisateur de "Merci patron !", François Ruffin, élu député de la première circonscription de la Somme dimanche, a assuré lundi qu'il se paierait au Smic, réservant le reste de ses revenus "à des oeuvres".

Une réserve parlementaire gérée par un jury. "J'ai pris trois engagements auprès des électeurs", a-t-il expliqué au micro de RTL : "me payer au Smic, ensuite avoir un mandat révocable, si 25% des inscrits de ma circonscription souhaitent que je dégage, eh ben je m'en irai". Interrogé sur la destination du reste de ses indemnités, il a précisé qu'il les donnerait "à des oeuvres". À propos de la réserve parlementaire, que le projet de loi de moralisation de la vie publique prévoit de supprimer, il a prévenu que si elle était conservée, il la ferait "gérer par un jury populaire tiré au sort".

Un vote arraché à "l'abstention, la résignation, l'écoeurement". Parlant de son élection comme d'un "miracle", François Ruffin a estimé que "c'est le travail de terrain qui a payé". "Ce sont des dizaines voire une centaine de militants qui ont arpenté les villes, les villages et qui, au porte-à-porte, sont allés arracher les gens, non pas au vote Macron puisqu'on savait que, dans le coin, les gens ne voulaient pas de ça, mais simplement sont allées les arracher à l'abstention, à la résignation, à l'écoeurement", a-t-il analysé.

"Un gros bosseur". "On dit que je suis spécialiste des coups médiatiques, mais d'abord je suis un gros bosseur", a-t-il par ailleurs prévenu. Soucieux d'être "un point d'appui pour tous ceux qui veulent que ça change dans le pays", il n'a concédé qu'"une légitimé partielle" à une majorité élue avec un taux record d'abstention. "Si on ne trouve pas des voix pour porter nos paroles à l'intérieur de l'Assemblée nationale, si c'est un bloc monolithique qui avance avec ses lois, sûr de soi, dominant, eh bien, c'est à l'extérieur de l'Assemblée nationale que ça se passera", a-t-il averti.

Un vote en son "âme et conscience". Investi par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, mais sans avoir signé la charte d'engagements prévoyant entre autres la discipline de vote, François Ruffin a par ailleurs confirmé qu'il voterait "en (son) âme et conscience, en toute indépendance, c'est ce que j'ai assuré aux électeurs". "Je pense qu'il n'y a pas besoin de discipline quand on est d'accord sur l'essentiel. Le programme de La France insoumise ne me pose pas de difficulté", a-t-il commenté.