11 Novembre : Sarkozy et Hollande se sont serré la main

  • A
  • A
11 Novembre : Sarkozy et Hollande se sont serré la main
Nicolas Sarkozy et François Hollande se sont serrés la main lors des cérémonies du 11-Novembre. @ ERIC FEFERBERG / POOL / AFP
Partagez sur :

Le président de la République s'est recueilli devant la tombe du soldat inconnu, avant de se diriger vers son prédécesseur.

L'ESSENTIEL

En 2012 et 2013, Nicolas Sarkozy était "en retrait de la vie politique". Et en 2014, il était en campagne pour la présidence de l'UMP (devenu Les Républicains). Mais en 2015, l'ancien chef de l'Etat a finalement accepté l'invitation de François Hollande à la cérémonie de commémoration de l'Armistice du 11 Novembre 1918. Revenu sur la scène politique, l'ancien chef de l'Etat a "des engagements vis-à-vis des Français" et il est "normal" qu'il soit présent à la cérémonie commémorant l'Armistice de la Grande Guerre, a-t-on précisé dans l'entourage de Nicolas Sarkozy.

• La poignée de main entre François Hollande et Nicolas Sarkozy

Le moment était attendu, et il a bien eu lieu. Nicolas Sarkozy n'avait jamais assisté aux cérémonies du 11-Novembre depuis la prise de fonctions de son successeur. Cette année, l'ancien chef de l'Etat était au premier rang de la tribune officielle, parmi un parterre d'invités. Le président de la République, François Hollande, est allé le saluer brièvement peu après s'être rendu au pied de l'Arc de Triomphe. Une poignée de main polie et très brève, mais hautement symbolique.

La vidéo de la poignée de main :


11-Novembre : Hollande salue Sarkozy lors des commémorations

"Depuis que je suis élu président de la République, j'ai toujours invité aux cérémonies patriotiques les anciens chefs de l'Etat. Nicolas Sarkozy, jusque là, n'avait pas manifesté cette volonté. Il est là aujourd'hui, très bien. Je souhaite que ce soit des cérémonies de rassemblement, de réunions au-delà des clivages. Nous sommes tous ensemble par rapport à ces enjeux : les valeurs de la République", a réagi le chef de l’État, interrogé peu après sur France 2.

• Hollande devant la tombe du soldat inconnu

hollande-tombe-inconnu

Le chef de l'Etat a avant cela rendu hommage à Georges Clemenceau, en déposant une gerbe devant la statue de l'ancien homme d'Etat. François Hollande a ensuite remonté l'avenue des Champs-Elysées, pour aller se recueillir devant la tombe du soldat inconnu, au pied de l'Arc de Triomphe, tandis que les noms des soldats français tués cette année ont été énumérés. François Hollande a alors adressé les condoléances de la Nation aux familles des militaires disparus, dans un moment rempli d'émotions.

• Valls : Notre main ne tremblera jamais"

valls

Alors que la garde républicaine entamait ses premières notes, Manuel Valls a répondu aux questions de France 2, notamment concernant l'attentat terroriste à la base navale de Toulon, déjoué par les policiers. "Tous les jours, nos services de renseignement sont mobilisés et interpellent, arrêtent, incarcèrent ceux qui menacent notre pays et les Français. Dans ce moment où nous célébrons la victoire, nous avons besoin de nous engager pleinement contre le terrorisme. Je veux saluer ici l'engagement de tous nos soldats. Notre main ne tremblera jamais", a déclaré le Premier ministre.

Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, a lui aussi fait le point sur cette affaire : "il s'agit d'un individu qui avait été repéré pour sa volonté de se rendre en Syrie. Il faisait l'objet d'une surveillance intensive et ce suivi, très attentif, a permis de le mettre hors d'état de nuire. C'est ce que nous faisons de manière systématique pour assurer la sécurité de Français. Cette personne était en lien avec une autre personne en Syrie, qui l'incitait à passer l'acte."