Acteurs français, César, islam : Bardot lâche ses coups dans "Valeurs actuelles"

  • A
  • A
Acteurs français, César, islam : Bardot lâche ses coups dans "Valeurs actuelles"
Brigitte Bardot redit sa sympathie à l’égard de Marine Le Pen.@ ERIC FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

La pasionaria de la cause animale fustige la jeune génération du cinéma français dans une interview à "Valeurs actuelles".

Elle est sans filtre. À l’occasion de la publication aux éditions de l’Archipel de Répliques et piques, un recueil de ses citations et aphorismes, Brigitte Bardot a accordé un entretien a Valeurs actuelles où l’ancienne icône du cinéma français, retirée des plateaux depuis 1973, donne son avis sur le septième art aujourd’hui. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la muse de Roger Vadim tire à boulets rouges sur la profession.

"Des actrices aux cheveux gras". Brigitte Bardot, qui avoue ne plus jamais regarder de films, porte notamment un avis tranché sur la nouvelle génération. "Mais qu'est-ce c'est que ces acteurs et ces actrices ?", interroge-t-elle. "On n'y voit plus que des scrofuleux, malades, tordus, et moches. Les héros aujourd'hui, ce sont des personnages à béquilles ou paralysés sur une chaise roulante ou en coma dépassé…", estime auprès de l’hebdomadaire l’interprète du Mépris, de Jean-Luc Godard.

La comédienne se souvient avec nostalgie du cinéma des années 1950-1960, porté par de ténébreux séducteurs. "Où sont les personnalités qui nous faisaient rêver, les Gabin, les Brasseur et tous les autres ? Je pense à Alain Delon. Qui l'a remplacé ? ". Pour elle, aujourd’hui au cinéma, "il n'y a plus que des barbus et des actrices aux cheveux gras, qui se font violer dans les coins et qui trouvent des excuses à leurs agresseurs."

"Il n'y a qu'à regarder la cérémonie des César…" Dernier coup de griffe, cette fois contre la cérémonie des César, qui a notamment sacré cette année Isabelle Huppert et Gaspard Ulliel. "Il n'y a qu'à regarder la cérémonie des César où de gentils zombies remercient papa-maman, leur concierge et leur chauffeur de taxi, tout en lançant l'incontournable appel à la fraternité humaine et à l'antiracisme", résume celle qui avait décroché en 1957 une Victoire du cinéma - ancêtre des César - pour son rôle de Juliette dans Et Dieu… créa la femme.

"La France, ce n’est pas ça". Ses sorties chocs sur les musulmans ont déjà défrayé la chronique, notamment après l’attentat de Nice où elle avait tweeté "Stop à l’Aïd-el-Kébir humain". Dans Valeurs actuelles, l’actrice récidive : "Je ne me suis pas battue contre l’Algérie française pour accepter une France algérienne. Je ne touche pas à la culture, à l’identité et aux coutumes des autres. Qu’on ne touche pas aux miennes."

Elle veut également dénoncer le communautarisme, grandissant selon elle. "Je ne peux plus les voir, les islamistes. Que pratiquement partout en France on voie des burqas, c’est inadmissible. Qu’ils se conduisent comme ils veulent dans leur pays d’origine, mais qu’ils ne nous imposent pas des coutumes, des pratiques, des discriminations d’un autre âge : la France, ce n’est pas ça."

François Fillon, "ce type a du courage". Brigitte Bardot, qui n’a jamais caché son admiration à l’égard de Marine Le Pen, redit également à Valeurs actuelles toute sa sympathie pour la dirigeante frontiste : "Je l’aime beaucoup et depuis longtemps". Mais elle vole aussi au secours de François Fillon, le candidat Les Républicains, en plein tourmente judiciaire . "Je trouve que c’est un type bien. J’ai été horrifiée par ce lynchage judiciaire et médiatique. Ce type a du courage et j’ai, comme vous le savez, beaucoup de respect pour cette vertu."