Danièle Gilbert : les coulisses de son éviction de la télé

  • A
  • A
Partagez sur :

#COMEBACK - Toute la semaine, le Grand direct des médias revient sur les gloires passées du petit écran. Lundi, Danièle Gilbert est revenue sur son parcours.

"Des fois, j'ai l'impression que mon prénom c'est Midi, et mon nom c'est Première" : la phrase est signée Danièle Gilbert, animatrice culte des années 1970, invitée lundi du Grand direct des médias sur Europe 1. De 1975 à 1982, chaque midi sur TF1, la "Grande Duduche" présentait Midi Première, émission en direct d'une ville de France, accompagnée d'invités qui s'appelaient Sheila, Carlos, Claude François ou Ringo.



Une éviction brutale. Bienveillante et consensuelle, Danièle Gilbert est une des animatrices préférées de la France des années Giscard. Mais en 1982, elle est brutalement écartée de l'antenne. "Je l'ai appris dans le journal", fait savoir Danièle Gilbert sur Europe 1. "On m'a dit que j'allais changer d'horaire, et puis, bon, bah, voilà.. C'est la manière élégante ! Mais ça ne m'a pas gênée", explique celle qui ne se défait jamais de son sourire.

"C'était clairement politique". L'animatrice affirme n'avoir pas mal vécu cet épisode. "J'ai été virée parce que mon papa est né à Chamalière, je suis née à Chamalière…", avance Danièle Gilbert. Chamalière, petite ville d'Auvergne, dont le maire fut un certain Valéry Giscard d'Estaing. Mais l'animatrice se défend d'avoir été une proche de l'ancien Président, elle qui est pourtant présente à ses côtés dans la fameuse séquence où VGE joue un air d'accordéon à la télé.

"C'était clairement politique sans raison politique", conclut Danièle Gilbert, pour faire comprendre que le pouvoir élu en 1981 est intervenu dans le destin de sa carrière.



L'après Midi Première. Des années qui ont suivi son départ de la télé, Danièle Gilbert exclut tout regret. Elle ne regrette ni ses photos coquines dans "Lui", ni ses animations dans les supermarchés. Celle qui a révélé avoir été envisagée un temps pour présenter le Journal du Hard sur Canal+ a dévoilé sur Europe 1 avoir été aussi contactée pour animer un autre programme très chaud, le sulfureux Sexy Folies d'Antenne 2 en 1986. "Je n'ai aucune revanche, aucune rancœur", dit encore en 2015 celle qui devrait remonter sur les planches l'an prochain avec Jean-Pascal (Star Academy) et Sheryfa Luna (Popstars).