Closer : "on a eu beaucoup de chance" sur l'affaire Gayet

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - "J'ai fait mon job", affirme Laurence Pieau, directrice de la rédaction du magazine people, à propos des révélations sur la vie privée de François Hollande.

Plus de trois semaines après le coup de tonnerre suscité par les révélations de Closer sur la vie privée de François Hollande, la directrice de la rédaction du magazine, Laurence Pieau, assume sur toute la ligne. "A partir du moment où j'ai une exclu et où les principaux intéressés sont au courant, j'ai fait mon job", a-t-elle affirmé lundi au micro du Grand Direct des médias, sur Europe 1.

Valérie Trierweiler savait. Car, pour Laurence Pieau, "quand on sort une histoire type Hollande-Gayet, une séparation, on s'assure que l'entourage proche est au courant". "Quand j'ai su, j'ai cru tomber d'un gratte-ciel", a pourtant déclaré Valérie Trierweiler à Paris Match la semaine dernière.  Mais pour Laurence Pieau, l'ex-première dame était "bien sûr" au courant. "Pour moi, le malaise au sein du couple était là depuis plusieurs mois", ajoute-t-elle.

>> LIRE AUSSI : Valérie Trierweiler : "Quand j'ai su, j'ai cru tomber d'un gratte-ciel"

"On ne traque pas François Hollande". Pour obtenir les clichés de François Hollande casqué se rendant dans l'appartement de Julie Gayet, Closer n'a pas suivi le chef de l'Etat, mais l'actrice. "Sébastien Valiela, le photographe qui a fait les images, l'a croisé au Flore (un café parisien, NDLR) et elle l'a conduit au 20 rue du Cirque", raconte Laurence Pieau. "On a eu beaucoup de chance sur l'histoire parce que tout s'est fait en quelques jours, mais on n'a pas suivi le président de la République et on ne traque personne".

Le Grand Journal, un "élément déclencheur". Si elle reste secrète sur ses sources - "je ne vous dirai pas qui nous informe" - Laurence Pieau a admis que la séquence du Grand Journal du 16 décembre, dans laquelle Antoine de Caunes et Stéphane Guillon ont fait de lourdes allusions à la relation Hollande-Gayet, a été "un élément déclencheur". Ensuite, "on a travaillé dessus, on a fait un travail de journaliste de base", fait-elle valoir. "Et on a eu un peu de chance sur l'histoire, c'est vrai".

Anne Sinclair

© EUROPE 1

Une réponse à Anne Sinclair. Enfin, Laurence Pieau a répondu aux propos tenus par Anne Sinclair sur Europe 1 jeudi. La directrice éditoriale du Huffington Post français avait qualifié la Une de Closer d'"opération commerciale", jugeant que ce n'était pas "un scoop", mais "des photos où on n'identifiait personne". "Je pense qu'elle est probablement la seule au monde à penser que ce n'est pas un scoop", a rétorqué Laurence Pieau. Pour elle, "le site Huffington Post, c'est aussi un site commercial".

>> VIDÉO - Anne Sinclair : Hollande a été "traité comme une vedette du showbiz"

"On fait un magazine pour le vendre", a martelé la patronne de Closer. "Anne Sinclair, elle fait un site pour qu'il soit regardé. Quand vous voyez le nombre de news qu'a fait Le Huffington Post sur l'histoire, c'était aussi pour faire du trafic", a-t-elle taclé.

sur le même sujet, sujet,

VIDÉO - Anne Sinclair : Hollande a été "traité comme une vedette du showbiz"

PARIS-MATCH - Valérie Trierweiler : "Quand j'ai su, j'ai cru tomber d'un gratte-ciel"

JUSTICE - Closer-Gayet : le procès aura lieu le 6 mars

LA QUESTION - Hollande-Gayet : ce que risque Closer