Jean-Louis Aubert confie qu'il n'est pas du tout nostalgique de sa jeunesse mais préfère vivre dans le présent.