Michèle Alliot-Marie : "il peut y avoir un désespoir tel chez certains qu'il conduise à des actes violents"

SAISON 2008 - 2009
  • A
  • A
    Partagez sur :

    Face à la montée de la violence, la ministre de l'Intérieur pointe du doigt les bandes organisées. Mais elle confirme qu'elle est très attentive face à l'inquiétude qui monte, celle des salariés confrontés à la crise. Et Michèle Alliot-Marie le reconnaît : "il peut y avoir un désespoir tel chez certains qu'il conduise à des actes violents". "Ce que nous sentons monter, ce sont des exaspérations contre certains comportements."

    Les émissions précédentes