Washington va envoyer 250 instructeurs militaires supplémentaires en Syrie

  • A
  • A
Washington va envoyer 250 instructeurs militaires supplémentaires en Syrie
Barack Obama.@ NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

L'objectif sera d'aider les groupes rebelles syriens qui combattent l'organisation Etat islamique.

Le président Barack Obama a annoncé lundi à Hanovre, en Allemagne, l'envoi de jusqu'à 250 militaires américains supplémentaires en Syrie, pour soutenir la lutte contre le groupe djihadiste Etat islamique. "J'ai approuvé le déploiement de jusqu'à 250 militaires américains supplémentaires, notamment des forces spéciales, en Syrie", a déclaré Barack Obama, affirmant qu'ils allaient participer à "l'entraînement et l'assistance des forces locales" qui luttent contre l'EI.

"Renforcer le soutien" américain. Les militaires américains en Syrie auront pour mission de conseiller et d'assister des groupes rebelles syriens et des forces qui combattent l'organisation djihadiste Etat islamique. L'EI contrôle de vastes territoires en Irak et en Syrie. "Le président a autorisé une série de mesures pour renforcer le soutien à nos partenaires dans la région, notamment les forces de sécurité irakiennes ainsi que les forces locales syriennes qui luttent contre l'ISIL" (acronyme anglais de l'Etat islamique, ndlr), a indiqué le haut responsable.

Rétablir un cessez-le-feu ? Face au délitement actuel de la trêve en Syrie, Barack Obama a appelé dimanche à "rétablir" le cessez-le-feu et a indiqué s'être entretenu récemment à ce sujet avec son homologue russe Vladimir Poutine. "J'ai parlé avec le président Poutine au début de la semaine dernière pour tenter de garantir que nous pourrons rétablir le cessez-le-feu", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Hanovre. Le président américain doit y être rejoint lundi par les principaux dirigeants européens pour un mini-sommet consacré notamment à la lutte contre l'EI.

Bataille pour Alep. Au moins 63 civils sont morts depuis vendredi à Alep, l'ancienne capitale économique de la Syrie, qui vit de nouveau au rythme des raids et des tirs d'obus après une période de calme relatif lié à la trêve initiée par les Etats-Unis et la Russie et entrée en vigueur le 27 février. La Syrie est déchirée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 270.000 morts et déplacé au moins la moitié de la population.