Une campagne islamophobe scandalise San Francisco

  • A
  • A
Une campagne islamophobe scandalise San Francisco
@ Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

Des affiches placardées sur des bus de la ville de la côte ouest, proclamant "la haine islamique des juifs", ont créé la polémique.

Une campagne du mouvement baptisé American Freedom Defense Initiative (AFDI) qui accuse l'islam d'encourager l'antisémitisme a donné lieu à une controverse à San Francisco. Les affiches, apparues sur les flancs de 50 bus, quelques jours après les attentats de Paris, montrent Adolf Hitler en compagnie d'Hadj Amin al Husseini, grand mufti de Jérusalem pendant la Seconde guerre mondiale. "La haine islamique des juifs, c'est dans le coran", peut-on y lire. Des propos qui ont notamment suscité une vague d’indignation sur les réseaux sociaux.

"Le Premier amendement protège la liberté d'expression." A la compagnie des transports de San Francisco, on assure ne pas cautionner le message. "Cependant, le Premier amendement protège la liberté d'expression, y compris quand c'est jugé offensant", souligne un porte-parole dans un communiqué. "Refuser l'affichage donnerait certainement lieu à un procès qui contraindrait la ville à l'accepter et nous pensons que les deniers des contribuables doivent être utilisés pour améliorer le trafic et le réseau de transport, pas pour les procès", ajoute-t-il.  

Des campagnes similaires dans d’autres villes. L'AFDI avait déjà soulevé l'indignation à New York et à Washington avec des campagnes similaires. Le Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) avait saisi la justice pour s'y opposer, mais n'a pas l'intention de le faire à San Francisco. "Nous n'allons pas la pourchasser de ville en ville pour dissiper la haine qu'elle répand", a déclaré un porte-parole du CAIR, en faisant référence à Pamela Geller, fondatrice de l’AFDI. "C'est le seul moyen de se passer des médias, de s'adresser directement aux Américains", a fait valoir Pamela Geller pour justifier la forme de la campagne.