Turquie : 12 villageois portés disparus après une explosion

  • A
  • A
Turquie : 12 villageois portés disparus après une explosion
Signe de la violence du souffle, un cratère profond de quatre à cinq mètres s'est formé à l'entrée de Dürumlü. @ ILYAS AKENGIN / AFP
Partagez sur :

Ces personnes n'ont pas été retrouvées depuis une gigantesque explosion, la semaine dernière, attribuée aux rebelles kurdes dans le sud-est de la Turquie.

Douze villageois manquent à l'appel après après une gigantesque explosion la semaine dernière attribuée aux rebelles kurdes dans le sud-est de la Turquie. Lundi, les autorités turques cherchaient toujours à identifier les restes présumés de ces villageois disparus, ont rapporté des responsables et des médias locaux. La déflagration s'est produite jeudi soir après que des villageois eurent tenté de stopper un camion-benne volé par des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et chargé de 15 tonnes d'explosifs, selon l'agence de presse Dogan.

Au moins quatre morts. L'explosion, survenue dans le hameau de Dürümlü, près de Diyarbakir, et ressentie dans le centre de cette grande ville du sud-est à majorité kurde, avait fait quatre morts et 23 blessés, selon un premier bilan du gouvernorat de Diyarbakir. Mais ce bilan pourrait s'alourdir car douze personnes manquent toujours à l'appel, selon les autorités. Une vaste enquête est en cours et les experts de la police cherchent à identifier les restes retrouvés sur place en croisant leur ADN avec des échantillons prélevés sur des proches des villageois disparus, a indiqué l'agence Dogan.

Un cratère de plus de quatre mètres. Signe de la violence du souffle, un cratère profond de quatre à cinq mètres s'est formé à l'entrée de Dürumlü. Un journaliste de l'AFP qui s'est rendu sur place a vu des restes humains éparpillés dans un large rayon. Des villageois lui ont affirmé que seize personnes avaient disparu, ce qui pourrait comprendre les quatre morts et les douze disparus.

40.000 depuis 1984. Le sud-est de la Turquie vit au rythme des combats quotidiens entre forces de sécurité turques et rebelles kurdes depuis la reprise des hostilités l'été dernier qui a sonné le glas des pourparlers de paix entre Ankara et le PKK. Ce conflit a déjà fait 40.000 morts depuis 1984.