Trump estime que le témoignage de Comey lui donne raison

  • A
  • A
Trump estime que le témoignage de Comey lui donne raison
Donald Trump remet en cause la version de James Comey.@ SAUL LOEB, NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

Le président américain assure que le grand déballage de l'ex-chef du FBI valide sa version des faits dans l'affaire des supposées pressions sur l'enquête sur ses liens avec la Russie.

Donald Trump a estimé vendredi que le témoignage de l'ex-directeur du FBI James Comey, la veille devant le Sénat, constituait une "confirmation totale et complète" de sa version des faits. "Malgré tant de faux témoignages et de mensonges, confirmation totale et complète... et WOW, Comey est une balance !", a tweeté le président américain. Il s'agit de la première réaction personnelle de Donald Trump au témoignage de James Comey.

Le déballage de Comey. L'ex-premier policier des États-Unis, limogé le 9 mai, a révélé à la chambre haute les pressions du président américain dans l'enquête sur la Russie. Mais il a précisé que Donald Trump ne faisait pas l'objet d'une enquête dans les investigations sur l'ingérence présumée de Moscou dans la présidentielle américaine de 2016. James Comey a expliqué qu'il avait décidé, dès sa première rencontre avec le président élu, en janvier, de consigner ses échanges avec lui, et qu'il avait par la suite demandé à un ami de transmettre ces notes à des journalistes afin de précipiter la nomination d'un procureur spécial. Décision à laquelle le département de la Justice s'est finalement résolu le 17 mai en nommant Robert Mueller, un ex-chef du FBI.

Trump n'est "pas un menteur". Avant la réaction de Donald Trump sur Twitter vendredi, une porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, avait assuré que le président n'était "pas un menteur". Puis l'avocat recruté par l'ancien promoteur immobilier, Marc Kasowitz, avait démenti que son client ait jamais demandé ou suggéré à James Comey de mettre fin à une quelconque enquête. "Sur le fond comme sur la forme, le président n'a jamais dit à James Comey 'J'ai besoin de loyauté, je m'attends à de la loyauté'", avait-il déclaré à Washington, contestant cette partie du témoignage.